À l'occasion de la publication, le 22 octobre 2014, de 100 Chansons censurées (Hoëbeke/Radio France) d'Emmanuel Pierrat et Aurélie Sfez, franceinter.fr a sélectionné cinq titres source de polémique. Aujourd'hui, Indochine avec College Boy .

En mai 2013,__ le clipCollege Boyd'Indochine faisait polémique dès sa sortie. Le clip, réalisé par le Québécois Xavier Dolan , évoque la violence du harcèlement à l’école, dans la cour de récréation comme sur les réseaux sociaux. Il montre un adolescent torturé et crucifié par ses camarades de classe. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) en interdit la diffusion.

Extraits du clip polémique "College Boy" (version tronquée)

Des "images insoutenables" pour Françoise Laborde

Le clip a été diffusé le 02 mai 2013 sur leparisien.fr et lesoir.be . Nicola Sirkis, le chanteur d'Indochine et Xavier Dolan, le réalisateur du clip ont respectivement accompagné ces diffusions d'un manifeste défendant le caractère pédagogique de ce clip :

Je voulais aller jusqu'au bout non pas pour choquer, mais pour montrer que cette situation est possible parce rien ne l'empêche, explique le cinéaste. La question n'est pas de se demander pourquoi suis-je allé aussi loin mais qu'est-ce qui empêcherait un groupe d'adolescents d'aller aussi loin alors que le lobbying des armes aux Etats-Unis est très puissant. C'est ma vision nord-américaine, mais des gens se font lapider partout.

Xavier Dolan sur le site du Parisien

Nicola Sirkis s'exprimait quant à lui dans les colonnes du Soir :

Nous ne cherchons ni la censure ni le scandale, ne visant que les problèmes d’éducation. Quand il est possible qu’une personne puisse acheter des armes sur Internet et qu’ensuite l’utilise contre des innocents, il est urgent qu’on entreprenne là-dessus une sérieuse réflexion politique.

Françoise Laborde , membre du CSA et présidente du groupe de protection du jeune public, interviendra dans les médias le jour-même pour dénoncer le caractère ultra-violent de cette vidéo. Elle s'indigne alors du fait que l'on diffuse des "images insoutenables" au nom d'un certain esthétisme."Alors maintenant il va falloir montrer des filles qui se font violer pour expliquer à quel point le viol est épouvantable ? (...) Cette vidéo n'a pas sa place dans un programme de journée" , conclut Françoise Laborde qui envisage, à ce moment-là, de demander l'interdiction de la vidéo aux moins de 16 ans voire de 18 ans

Françoise Laborde interviewée par Anne Orenstein, dans "La Semaine des médias" sur France Info le 04 mai 2013

La lettre incendiaire de Xavier Dolan à Françoise Laborde

Xavier Dolan publiait le 07 mai 2013 sur le site du Huffington Post une réponse aux propos de Françoise Laborde intitulée : "L'esthétisme de la controverse: lettre ouverte à Françoise Laborde à propos du clip pour Indochine". Il y défend sa dénonciation de la violence par l'absurde et attaque la journaliste en lui reprochant de prendre une décision anachronique :

En effet, Madame Laborde, vous arrivez à table pour le débat sur la légitimation de la violence à l'écran avec environ trente-cinq ans de retard. Car, qu'en est-il de tous ces films qui prennent l'affiche chaque vendredi et qui banalisent le geste violent depuis les quatre dernières décennies ? S'il était un temps où vos logos prohibitifs et drapeaux jaunes suffisaient à limiter leur spectre délétère, votre devoir, aujourd'hui, en tant que membre du Conseil de l'audiovisuel supérieur de France, est de réinsérer les attributs de votre mandat dans la réalité actuelle telle que redéfinie par l'héritage de la technologie.

L'interdiction de ce clip relève, selon lui, "d'un geste plus automatique qu'il n'est véritablement réfléchi". Il revendique le geste social de sa démarche, bien loin d'une violence gratuite selon lui, et se défend d'un éventuel coup marketing "dont ni Indochine ni moi n'avons besoin, soyons francs" . Dolan aurait souhaité, dit-il, visualiser une telle vidéo étant plus jeune.

J'aurais voulu, à cet âge, qu'on me dise tout le mal que je pouvais faire en insultant de manière incessante un camarade de classe, dans le but probable d'échapper moi-même aux brimades des autres, mais les brochures éducatives en papier glacé et les vidéos corporatifs sur l'intimidation passaient inaperçus dans la cour d'école où il fallait survivre à la meute.

Finalement, Xavier Dolan remercie la journaliste pour la visibilité qu'elle a donnée à son travail en réagissant vivement dans les médias, "bien qu'il soit dommage, conclut-il, que cette polémique ne provienne non pas de votre soutien, mais de votre refus de contrer la violence par l'action plutôt que par le silence ".

Nicola Sirkis, dans une interview donnée le 06 mai 2013 sur le plateau duGrand Journal de Canal+, admettait le caractère "ultra-violent" du clip, mais se disait fière du débat occasionné : "Si la polémique a eu lieu, tant mieux, comme ça on parlera de ce sujet". Il se disait d'ailleurs "assailli de gens dont la parole se libère par rapport au harcèlement à l'école ou au travail" .

__

Le CSA conclut le 07 mai 2013 que "le clip College Boy ne devra plus être diffusé sur les chaînes de télévision". Le clip est donc censuré . Mais comme l'indiquait Xavier Dolan dans son réquisitoire, son travail a été largement visionné sur les plateformes de diffusion en ligne. College Boy totalise plus de 2 500 000 visionnages sur Youtube depuis mai 2013.

Extrait de "100 chansons censurées"

... Xavier Dolan se justifie en expliquant que son clip, qui montre un adolescent crucifié, mort d’avoir été humilié et maltraité, a été « produit dans l’optique de fournir à la jeunesse une œuvre qui puisse illustrer la brutalité dont [ses représentants] sont tour à tour les dépositaires, instigateurs ou témoins ». Il dit encore, histoire de railler les prétentions du CSA à proscrire son travail des écrans : « Les plates-formes de diffusion en ligne ont pu nous assurer (…) un nombre de visionnages approchant le million. En effet, l’Internet veillera à la survie de ce document. » Et quand les gardiens de l’innocence ou de la décence lui reprochent de lutter contre la violence par la violence, il rétorque qu’il n’existe pas de meilleur moyen que la dénonciation par l’absurde. Puis, il prend à partie les censeurs en leur demandant ce qu’ils ont fait, eux, pour sensibiliser les générations précédentes à l’intolérance, à l’agressivité et à l’ostracisme. En définitive, tout ce à quoi sera parvenue la décision du CSA aura été de donner une fantastique visibilité au travail de Xavier Dolan et à celui d’Indochine.

Emmanuel Pierrat revient sur cette polémique dans 100 Chansons censurées et précise que le groupe Indochine, qui s'est formé en 1981, a su traverser les époques en se montrant à l’écoute des problématiques de son temps : l’homosexualité avec Troisième sexe ou Canary Bay, l’anorexie avec June ou encore la pédophilie avec Révolution .

►►ALLER PLUS LOIN |

__

100 chansons censurées
100 chansons censurées © Radio France

La lettre ouverte de Xavier Dolan à Françoise Laborde

100 Chansons censurées

"J'pète les plombs", le clip censuré de Disiz la Peste

"Non je ne regrette rien", la chanson engagée d'Edith Piaf

Le clip "intolérable" de Mylène Farmer

David Bowie censuré par Youtube

Et plus encore à écouter surRF8 >

__

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.