Vous n’allez pas accueillir avec tiédeur la voix d’une femme qui nous encourage, je la cite : "à rester fort en des temps difficiles".

La chanteuse Lucinda Williams pendant le Railbird Festival à Keeneland Racecourse le 10 août 2019 à Lexington, Kentucky.
La chanteuse Lucinda Williams pendant le Railbird Festival à Keeneland Racecourse le 10 août 2019 à Lexington, Kentucky. © Getty / Erika Goldring / WireImage

9 avril 2020 - Confinement Jour 20

Vous ne la connaissez peut-être pas mais Lucinda Williams est, sans exagération, une géante méconnue des musiques traditionnelles américaines, couronnée par plusieurs Grammy Awards. 

On l’a surnommée la punk de la musique country, il y a de ça. Elle a eu le courage de transcrire dans ses chansons les expériences les plus violentes de sa vie de femme, comme une relation toxique avec un fiancé drogué et menteur. 

Dans sa voix, il y a souvent du dégoût et de la rancœur, des sentiments dont on n’est pas toujours très fier, dans la chanson comme ailleurs. Mais du défi aussi. Comme dans cette chanson que je vous propose et qui lui va comme un gant, You Can’t Rule Me, on pourrait dire Tu ne peux pas me dominer ou me contrôler. Un blues féroce, avant-goût de son nouvel album à venir, Good Souls Better Angels, qu’elle a enregistré avec son excellent groupe de tournée à Nashville, où elle réside désormais. 

Fille d’un universitaire et poète très renommé du sud des États-Unis, Lucinda Williams s’est toujours battue pour que la chanson soit considérée comme un art à part entière où, je la cite, 

il faut puiser au fond de soi, se regarder en face et en faire de l’art ». 

Je la cite encore : 

Je viens d’avoir soixante-sept ans et j’y crois pas; Je suis censée me sentir vieille mais quand est-ce que ça arrive, ce truc-là ? »

Franchement, quand on l’entend, on a plutôt l’impression qu’elle a la rage d’une jeune lionne qu’on ne va pas du tout arriver à mettre en cage.  

Aller Plus Loin

🎧 ECOUTER | Le live du NRV : Honey Harper

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.