On lui attribue la naissance d'un style, l'afrobeat. Le batteur nigérian Tony Allen est mort jeudi à Paris à 79 ans. C'est une légende de la percussion africaine, que l'on a pu voir aussi bien aux côtés de Fela Kuti que de Damon Albarn, qui disparait.

Tony Allen en concert live à la "Maisons des Arts de Creteil" le 20 fevrier 2016, à Creteil
Tony Allen en concert live à la "Maisons des Arts de Creteil" le 20 fevrier 2016, à Creteil © Getty / Paul CHARBIT/Gamma-Rapho

Son père voulait qu'il devienne réparateur de télévisions, c'est en apprenant seul la batterie qu'il est devenu l'un des plus grands batteurs au monde : Tony Allen, né en 1940 à Lagos, au Nigéria, est mort jeudi à Paris, à l'âge de 79 ans. "On ne connaît pas exactement la cause du décès", a indiqué son manager, qui précise que le batteur n'a pas été victime du Covid-19.

C'est en 1964 que cet autodidacte passe des essais pour le groupe de jazz monté par le chanteur Fela Kuti à Lagos. A partir de cet instant, il intègre la formation Africa 70. Son style s'inspire des rythmes Yoruba. Tony Allen enregistre plus de 30 albums avec Fela : tout au long de leur collaboration, il a eu une influence déterminante sur le chanteur nigérian... sa rythmique était telle qu'à son départ, il faut quatre batteurs pour le remplacer. 

Mélange des genres et collaborations

Dans les années 80, il monte son propre groupe et décide de partir à Londres, où il a notamment enregistré avec Manu Dibango et Ray Lema. Il commence alors déjà à mélanger les styles. 

Dans les années 2000, c'est la France qui l'accueille : on lui doit notamment la rythmique du célèbre morceau "La Ritournelle" de Sébastien Tellier. 

En 2006, il monte le groupe The Good, The Bad and The Queen avec Damon Albarn de Blur et Paul Simonon de The Clash. Il fait également des apparitions dans le projet Gorillaz. Le chanteur de Blur lui a même rendu même hommage dans une chanson intitulée "Music is my radar". Dans son album "Film of life" sorti en 2014, Tony Allen l'avait aussi invité à chanter sur un titre nommé "Go Back". 

Tony Allen avait sorti une dizaine de disques en son nom, et devait célébrer ses 80 ans en septembre en grande pompe au Royal Albert Hall de Londres, entouré de ses nombreux admirateurs. Son rythme aérien et reconnaissable entre tous était une référence mondiale. Il était l'inventeur d'un style et aura eu une influence immense dans le monde du rock, du punk, du rap et de la pop. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.