Un tiers des utilisateurs de Netflix partagent leur mot de passe avec quelqu'un d'autre. Jusqu’à présent, la plateforme de streaming autorisait cette pratique, mais cela pourrait ne plus durer. Des tests de double identification sont en cours aux États-Unis.

Il n'est pas certain que vous pourrez encore refiler vos codes Netflix à vos amis...
Il n'est pas certain que vous pourrez encore refiler vos codes Netflix à vos amis... © Getty / SOPA Images / Contributeur

Qui n’a jamais partagé ses codes d’abonnement à une plateforme de streaming avec des amis, des parents ? Netflix, en tous cas, a décidé de partir en guerre contre cette pratique qui lui fait perdre des milliards. Le géant de la vidéo en ligne par abonnement teste actuellement une méthode de vérification des comptes. Car le partage de codes à l’extérieur du foyer est une pratique extrêmement répandue. Et les éditeurs, pendant longtemps, n’ont pas fait grand-chose pour l'endiguer.

La technique du "bouche à oreille" a fait son temps 

En 2016, Reed Hastings, le cofondateur et directeur de Netflix, jugeait même cette pratique positive. "Les personnes utilisant le compte de quelqu’un d’autre finissent par prendre leur propre abonnement. C’est une façon de faire marcher le bouche à oreille", déclarait alors le big boss de Netflix.

Canal+ en a même fait un argument publicitaire il y a peu, dans une campagne diffusée sur tous les supports. On y voit Kad Merad et Jonathan Cohen bloqués devant l'écran de connexion de l'appli, car le premier utilise les codes de quelqu'un d'autre. Qui s'avèrent être ceux d'une troisième personne, et ainsi de suite. "Le plus simple, pour pouvoir partager ses codes Canal+, c'est d'en avoir", conclue la publicité. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Au-delà des blagues, pour Netflix, le manque à gagner serait de plus de 7 milliards d’euros. Et maintenant que le marché arrive à maturité pour la firme, surtout aux États-Unis, elle constate que depuis des mois le niveau d'abonnements stagne. 

Vrai ou pas – on n'en est qu'aux tests aux États-Unis et uniquement sur les télévisions – ce petit coup de pression sur les utilisateurs clandestins, qui se reconnaîtront, devrait assurément booster le recrutement de nouveaux clients. Netflix, leader absolu, en a actuellement 204 millions répartis dans plus de 190 pays.

Le nombre de plateformes ne cesse d'augmenter

Au printemps 2020, 46 % des internautes français avaient accès à au moins une offre légale au sein de leur foyer (contre 36% en 2019), soit plus de 22 millions de Français, Netflix se taillant la part du lion. On peut d'ailleurs supposer que le confinement a bien réussi aux abonnements. 

Les abonnés aux plateformes de streaming vidéo dépensent en moyenne un peu plus de 15 euros par mois, avec en moyenne 1,7 abonnement de SVOD ou de télévision payante. Mais l'offre est immense et le nombre de plateformes ne cesse d'augmenter, avec l'arrivée ces derniers mois de Salto ou de l'offre Star, concurrente de Netflix, sur Disney+. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix