Les enfants rentrent en classe, retour aux manuels scolaires, aux lectures imposées ou choisies. Pour les parents qui ont du mal à leur faire aimer lire, l'expérience de l'appli Plume les aidera peut-être.

Les enfants de 7 à 12 peuvent passer jusqu'à 5h par jour devant des écrans
Les enfants de 7 à 12 peuvent passer jusqu'à 5h par jour devant des écrans © Getty / .

Pour donner le goût de lire aux jeunes enfants, il y a mille manières, la première étant de lire à haute voix pour eux. Mais dès qu'ils sont plus autonomes,  ils se tournent rapidement vers les écrans et les réseaux sociaux . Alors que les enfants de 7 à 12 peuvent passer jusqu'à cinq heures par jour devant des écrans chaque jour en moyenne (selon une étude européenne), quelques solutions existent et font des smartphones des lieux d'écriture, de dessin, ou de créativité.  

Plume est une appli qui se propose d'inciter les enfants à lire et à écrire. Pour susciter l'expression écrite des enfants, elle les invite à s'immiscer dans les histoires, et à en rédiger eux-mêmes une partie, à recevoir des réponses de l'équipe de Plume et in fine, s'ils le souhaitent, les enfants se voient remettre chez eux le livre qu'ils ont  co-écrit. 

Aude Guéneau, fondatrice de Plume, explique qu'"à la fin de chaque chapitre, il y a une mission d’écriture, pour compléter l’histoire. Par exemple, dans l’histoire de Piratouille, la petite fille doit convaincre les pirates d’arrêter les combats. On invite l’enfant à écrire l’argumentaire de la petite fille pour y arriver. Cet écrit sera inclus dans le livre final que l’on peut recevoir chez soi". 

On veut montrer aux enfants que ce qu’ils écrivent est très important.

Plume s'appuie sur un triptyque de principes. Il est acquis pour l'équipe que pour bien apprendre,  les enfants ont besoin d'un retour personnalisé rapide, d'être acteurs et d'aimer ce qu’ils sont en train de faire.

Ce sont donc des adultes qui corrigent les textes des enfants, et non des robots. Ces correcteurs sont des professionnels de l’éducation, et ils donnent un avis à l’enfant avec des axes de progression.

Pour Aude Guéneau,"la progression des enfants en expression écrite est gage d'une réussite scolaire globale. Nous sommes dans un société qui sacralise l'écrit, il faut donc donner aux enfants toutes les codes de l'écriture". 

"Les enfants écrivent pour dire qui ils sont et diffuser leurs idées", poursuit-elle, et "à ce jour on a imprimé 5 000 livres pour ceux qui voulaient tenir leurs histoires en mains. On a chaque mois les Plumitzer, pour les meilleurs titres. Au total, on a dépassé les 250 000 chapitres écrits sur Plume".

Un outil pour les enseignants

Plume est accessible par abonnement au prix de 9,90 euros par mois. Lancée en février 2018, elle a pris un essor important, et dispose de 30 000 inscrits dont 10 000 enseignants. Les enseignants peuvent faire une proposition de lecture à leurs élèves, et commenter le déroulement de l'histoire, mettre les élèves en situation d'échange sur les contributions possibles pour faire évoluer les personnages, les décors, etc....

En cette rentrée, l'équipe passe de 8 à 11 personnes, "nous voulons personnaliser encore les apprentissages, car c’est vraiment le sens de l’enseignement de demain, afin d'être plus équitable et efficient" conclut Aude Guéneau.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.