Nintendo a lancé vendredi une nouvelle version de son jeu culte Mario Kart. Sa particularité : en plus d'une console Switch, le jeu fonctionne avec un kart télécommandé. Grâce à la réalité augmenté, c'est votre salon, votre chambre (ou votre studio de radio) qui devient le terrain de jeu.

Le kart télécommandé en test dans un studio de France Inter
Le kart télécommandé en test dans un studio de France Inter © Radio France / JB

C'était l'annonce surprise de Nintendo, le mois dernier, à l'occasion des 35 ans de Super Mario. Outre des jeux hommage et des événements spéciaux, le géant japonais annonçait une nouvelle version de l'une de ses séries de jeux cultes : Mario Kart. Baptisée "Mario Kart Live Home Circuit" et conçue pour la console Nintendo Switch, cette nouvelle version a une particularité : elle est basée sur la réalité augmentée, et mêle jeu vidéo d'un côté, et vrais jouets de l'autre. La promesse de ce jeu, c'est que votre salon devienne le circuit de course, sur lequel évolue un vrai kart télécommandé (miniature, tout de même). 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le jeu est disponible depuis vendredi, pour environ 100€ la boîte de jeu, contenant un kart (un seul, si vous voulez jouer à deux il faudra deux karts… et deux consoles), et une série de portiques en carton – sur lesquels nous allons revenir. 

À franceinter.fr, nous avons pu tester le jeu à sa sortie. Et la première particularité par rapport à un Mario Kart "classique", c'est que votre partie commencera par un peu de travaux manuels, pour connecter le kart à votre console Nintendo Switch, puis délimiter vous-même le circuit sur lequel vous allez jouer. Avantage de la chose : vous pouvez laisser libre cours à votre créativité pour tracer le circuit de votre choix (en roulant d'un portique à l'autre, après les avoir disposés au sol). Inconvénient : il faut un certain espace. N'espérez pas jouer dans une chambre d'enfant, un salon… ni en extérieur. 

Entre fondamentaux et innovation

Ensuite, la partie commence : c'est là qu'on retrouve les fondamentaux de Mario Kart. Tous les éléments de jeu, ennemis, bonus, obstacles, viennent s'ajouter en surimpression sur les images filmées par la caméra embarquée sur le kart. Pour ce test, nous avons choisi de créer le circuit… sur la table du studio 611 de France Inter, plus habituée à Popopop et à Par Jupiter qu'à une bataille de carapaces et de bananes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et le premier constat, c'est que ça fonctionne. Et très bien même. On est agréablement surpris par la précision de la conduite du kart, et par les effets qu'ont sur la conduite (dans la vraie vie donc) les bonus (virtuels). Si vous roulez, à l'écran, sur une peau de banane, le kart télécommandé dérape légèrement. Si, au contraire, vous utilisez un champignon turbo, votre petite voiture bénéficiera d'une petite accélération. Et c'est un plaisir de faire rouler ce kart dans un environnement familier, qui apparaît comme décor de jeu vidéo. 

La prise en main est loin d'être aussi simple qu'il n'y paraît : maîtriser la course est un véritable challenge, et même si les adversaires ne représentent pas un vrai danger (on peut les heurter sans être dévié, contrairement aux Mario Kart habituels), c'est votre environnement qu'il va falloir éviter. Un pied de table – ou de micro, un clavier posé malencontreusement par là, sont autant d'obstacles pour le kart, qui, au mieux, ralentit en roulant dessus, au pire, s'arrête violemment ; un accident qui vous fera perdre toutes les pièces collectées virtuellement sur le circuit, utiles pour la progression dans le jeu. 

Quelle durée de vie ?

Principal bémol : la progression, c'est justement ce qui fait défaut. Certes, les pièces permettent de personnaliser son kart (dans le jeu seulement), et le fait de remporter des courses permet de débloquer des niveaux de vitesse plus rapides, mais c'est à peu près tout. Là où la richesse des jeux précédents réside dans la variété de leurs circuits, ici, si vous ne changez pas à la main la disposition des balises dans votre salon, le parcours sera toujours le même : ce sont les embûches et les obstacles virtuels qui changeront. Un manque de variété qui peut laisser interrogatif sur la durée de vie du jeu. 

Pour un jeu dont le concept est aussi bien mené sur le papier que mis en œuvre en pratique, ce manque de variété est un peu dommage… pour le moment. On se prend à espérer des mises à jour qui permettraient d'apporter de nouvelles fonctions au jeu, pour augmenter la variété des circuits.