Depuis plusieurs jours, la ville de Toulouse voit apparaître des tags dans le quartier de Busca, en centre-ville. Sur les trottoirs on peut lire, écrits à la craie, le nom des "mauvaises herbes" qui poussent dans la rue. Deux botanistes ont avoué en être à l'origine.

Les botanistes ont découvert 83 espèces différentes dont des figuiers, des carottes et des laitues sauvages
Les botanistes ont découvert 83 espèces différentes dont des figuiers, des carottes et des laitues sauvages © Valérie Bernard/Muséum de Toulouse

Les habitants de Toulouse se demandaient depuis plusieurs jours qui inscrivait à la craie sur les trottoirs du centre-ville, le nom des mauvaises herbes. Boris Presseq, botaniste au Muséum de Toulouse, et Pierre-Olivier Cochard, botaniste chez Nature en Occitanie, ont avoué être à l'origine de ce projet insolite. 

D'après Boris Presseq, le concept vient de Nantes "On a vu quelqu’un qui écrivait quelques noms de plantes sur les rues et les trottoirs". Séduits par ce concept original, les deux amis ont voulu faire la même chose, mais à une plus grande échelle, dans tout un quartier de Toulouse.

"On veut changer la vision sur ces plantes"

Les deux botanistes s'occupent de répertorier toute la flore de la ville depuis une dizaine d'années pour connaître la biodiversité sauvage qu’on trouve dans les rues toulousaines. Aujourd'hui, ils dénombrent près de 700 espèces. 

Marquer à la craie les noms des plantes qu'ils trouvent dans le centre-ville de Toulouse, "c’est comme un jeu et c’est l’occasion de montrer aux passants, toutes les plantes qu’ils vont croiser. Leur montrer qu’elles ont un nom, une histoire, des propriétés", explique Boris Presseq.

Pour le botaniste, le but de cette aventure est d'interpeller les gens en leur montrant que des plantes poussent, même en ville, qu’elles sont utiles à tous, hommes et espèces animales, et qu'elles favorisent la biodiversité. 

Quand on est naturaliste, il n’y a pas de mauvaises herbes ou de mauvais animaux. On veut changer la vision sur ces plantes. Elles sont peut être gênantes et envahissantes, mais elles ne sont pas mauvaises.

Des plantes sauvages et exotiques retrouvées

Le choix du lieu, le quartier du Busca à Toulouse, n'a pas été fait au hasard. Les deux botanistes ont voulu réaliser cette expérience dans un lieu urbanisé. "Il y a des maisons, des routes, mais pas d’espaces pour la flore, sauf les endroits artificiels comme les trottoirs et les murs".

Au total, 83 espèces de plantes sauvages ont été répertoriées. Dont des espèces exotiques ! Un constat étonnant que Boris Presseq explique grâce"aux voyages des graines qui ont été apportées par le vent, les animaux ou nos déplacements. Le hasard les a semées dans les fissures des trottoirs, des gouttières, des caniveaux, des murs. 

On retrouve donc des hibiscus, des arbres aux papillons ou des cheveux d’ange. Mais aussi des arbres comme des figuiers ou des sureaux noirs. Certaines trouvailles laissent toutefois planer le mystère : 

On a vu fleurir une plante de la famille de la carotte et issue d'Afrique du Sud. On ne sait pas du tout comment elle a pu arriver ici à Toulouse.

Pierre-Olivier Cochard et Boris Presseq ont fait en sorte de ne pas utiliser de produits nocifs et permanents, on peut donc profiter de ces instants pédagogiques dans la ville rose jusqu'aux prochains jours de pluie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.