Avec la fermeture des stations l’hiver dernier, la version compétition du ski de randonnée a conquis de nouveaux adeptes et gagné en notoriété. La discipline sera en lice aux JO de Milan.

La skieuse française Axelle Gachet-Mollaret lors d'une course à Arèches-Beaufort le 12 mars 2021.
La skieuse française Axelle Gachet-Mollaret lors d'une course à Arèches-Beaufort le 12 mars 2021. © AFP / Jeff Pachoud

Sortez les peaux de phoque ! Le ski-alpinisme devient une discipline olympique. Le Comité international olympique l'a annoncé ce mardi 20 juillet depuis Tokyo. Il y aura cinq épreuves aux JO d'hiver de Milan-Cortina en 2026 : sprint et course individuelle hommes et femmes, relais mixte. 48 skieurs seront qualifiés. Ce sera un essai, sans garantie de reconduction.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Cette annonce réjouit déjà Thibault Anselmet, le triple champion de France de ski-alpinisme. Il le concède : "C’est un sport très dur physiquement et mentalement". Il faut être agile et vif, monter des pentes parfois semblables à des murs avec des peaux de phoque, c’est à dire avec une bande de tissus fixée sous les skis pour ne pas reculer. Puis redescendre la montagne en hors-piste le plus vite possible. Le circuit se répète.

Thibault Anselmet est le premier français au classement mondial. Il aura 28 ans en 2026 lors des JO de Milan-Cortina : "C’était dans un coin de la tête, sans trop anticiper. Ça devient un objectif important. On sent bien c’est un sport plus populaire." Une française excelle dans ce sport, Axelle Gachet-Mollaret a remporté le Grand Globe 2021.

Pourquoi ce choix du CIO ?

D'abord, les italiens, pays hôte, dominent ce sport. Mais un autre argument l’emporte : il faut de la neige et des montagnes pour pratiquer ce sport, rien de plus. "On n’a pas besoin d’infrastructures, on trace des parcours dans la montagne, on ne laisse pas de traces" explique Olivier Mansiot, conseiller technique national à la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade, "c’est un sport très écolo et développement durable"

Le CIO prend en compte la tendance, le ski alpinisme est à la mode. Confirmation de Christophe Morand, propriétaire d'une boutique spécialisée à Thônes en Haute-Savoie : "Chaque année il y a beaucoup plus de clientèle, et en plus de toute âge, de 20 ans, de 30 ans, tout le monde se met au ski de randonnée, c’est en croissance constante." Le skieur Thibault Anselmet ajoute : "Avec les stations fermées l’hiver dernier, beaucoup plus de personnes ont pratiqué le ski de randonnée. Le fait que ce sport devienne olympiques en 2026, va permettre qu'il gagne en notoriété. On va passer une nouvelle étape." 

Selon les fabricants de ski de randonnée, le ski alpinisme représente déjà 15% du marché économique de la neige.