Une pyramide de rouleaux de papier toilette, un escabeau ou encore un dessin sur le mur. À l'approche des fêtes de nombreuses familles abandonnent le sapin naturel au profit de versions revisitées. préoccupation écologique ou désir de ne pas faire mourir d'arbre dans son salon.

Sapin en livres de Robin Melchior
Sapin en livres de Robin Melchior © Robin Melchior

Si vous n'avez pas encore de sapin, pas de panique. Une tendance fait fureur, c'est le fait-maison : des sapins que l'on construit soit-même, à base de matériaux parfois pour le moins... insolites  : 

L'image du sapin qui meurt à petit feu au milieu du salon, jaunissant et perdant ses aiguilles, pourrait bientôt être un lointain souvenir. Le conifère naturel n'est plus une priorité pour certaines familles qui le voient comme du "gâchis", "une mort végétale", ou même "une dépense inutile". 

Robin Melchior, Parisien d'une trentaine d'années, a opté pour la version littéraire du sapin. Dans son salon, une pyramide de livres de 80 centimètres orne l'intérieur de sa cheminée. Ces livres, Robin les a tous lus. Il a placé "Le Capital" de Karl Marx au sommet du sapin, Bernard Werber au milieu et "La Ligne Verte" de Stephen King au niveau des fondations de son arbre.

C'est écologique et c'est gratuit

C'est la première année que ce jeune musicien n’achète pas de sapin naturel. Le résultat selon lui d'une prise de conscience : "Je me suis questionné sur l'impact écologique de la vente de sapins de Noël et nous avons décidé de faire un truc avec ce qu'on avait à la maison". 

Éviter un gros gâchis

Chaque année, 5 millions de conifères sont coupés puis vendus en France, auxquels il faut ajouter un million de sapins en plastique. Robin a donc préféré réutiliser ses livres qu'il compte disposer ainsi chaque année dans son salon : "C'est plein de bénéfice, c'est écologique et c'est gratuit".

Sur les réseaux sociaux, les exemples ne manquent pas. Il s'agit parfois de particuliers, de magasins de décoration ou même d'étudiants qui le font par souci d'économie. 

L'effet Greta Thunberg ?

Faire son propre sapin de Noël rappelle la tendance du "Do It Yourself", ces personnes qui décident de tout faire eux-même. À la maison du Zéro Déchet à Paris, des ateliers sont proposés pour apprendre à faire son propre sapin.

Julien Febvre est responsable de ces ateliers. Selon lui, "l'objectif est d'apprendre à utiliser ce qui est autour de nous : ficelles, guirlandes, palettes, tout est possible pour faire un sapin, l'important c'est de garder la forme du conifère."

Cette année les conférences qu'il propose rencontrent un certain succès. Il a d'ailleurs fallu ajouter des dates. Pour le bénévole, la question des sapins faits maison s’inscrit dans une tendance plus globale. L'année 2019 est marquée par une mobilisation pour le climat inédite et l'émergence de la figure de Greta Thunberg.

À la Maison du Zéro Déchet, Julien Febvre et les autres bénévoles ont remarqué que "plus que les autres années, il y a un vrai engouement et il se traduit à Noël. Les gens nous questionnent sur la décoration, mais aussi la fabrication de cadeaux maison." 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.