Isabelle Filliozat et Bernadette Lavollay s'insurgent contre l'idée reçue selon laquelle "bébé nous manipule", ou encore qu'"il faut le laisser pleurer". La première est psychothérapeute, la seconde pédiatre, toutes deux étaient invitées au micro de Marie Sauvion dans "Grand bien vous fasse".

Pourquoi Bébé pleure-t-il ? Et que faire lorsque ça arrive ?
Pourquoi Bébé pleure-t-il ? Et que faire lorsque ça arrive ? © Getty / ViewStock

Isabelle Filliozat rappelle : "quand un bébé pleure, pensons qu'un de ses besoins n'est pas satisfait. On dit "pleure", on pense "émotion", on se dit qu'il a besoin de se libérer… En fait ce ne sont pas vraiment des pleurs, ce sont des cris. L'enfant crie parce qu'il appelle, parce qu'il a besoin de quelque chose". 

La première interprétation qui vient à l'esprit de tout le monde (les parents comme les soignants), c'est la faim. Il aurait faim. Ce qui agace beaucoup la psychothérapeute :

C'est réduire le bébé à un tube digestif !

"Il a aussi une neurologie, une sensorialité, et un cerveau qui va s'éveiller, se construire, et fabriquer ses circuits neuronaux en fonction de l'environnement qu'on va lui apporter. Ce bébé a avant tout besoin de chaleur et de sécurité"

Comment le bébé communique avec son entourage

Selon la psychothérapeute, le nourrisson a deux façons d'attirer la présence de sa figure d'attachement (sa mère le plus souvent) :

  • son petit minois si mignon, ses petits gestes, ses petites caresses… c'est la façon agréable. 
  • l'autre façon est plus intense : quand l'entourage n'a pas entendu les petits signes moins évidents, son ultime signe pour dire "Oh secours j'ai absolument besoin de toi pour survivre", ça va être les pleurs.

"Ça nous dérange énormément mais c'est un cri d'alarme. La première chose, c'est d'y répondre. Et on va tâtonner". 

📖 LIRE AUSSI | Pour moins tâtonner, Priscilla Duncan a conçu un petit lexique du langage des tout petits

Pourquoi pleure-t-il ? 

Bernadette Lavollay est pédiatre. Elle reprécise avec insistance : "Le cri du bébé est un réflexe ; il n'a pas de volonté d'être un tyran".

Le bébé ne peut pas, à cet âge si précoce, avoir une intention. Non, il ne peut pas chercher à vous manipuler. 

"Pendant de très nombreuses années, c'était un peu la théorie de l’autonomie précoce (or le nouveau né humain est celui qui va être dépendant le plus longtemps) : on disait "laisser pleurer", "ce sont des mauvaises habitudes", "ce sont des caprices"… Bien sûr ce n'est pas tout cela !

La pédiatre remarque aussi :

Plus un bébé pleure, plus il pleurera !

Donc le premier conseil à donner aux parents, c'est de tout mettre en oeuvre pour consoler ce bébé

"Un bébé a surtout besoin d'une sécurité de base et qu'on apaise ses pleurs. On va tâtonner, mais c'est comme une personne âgée dépendante : même si on ne trouve pas tout de suite la bonne réponse, lui dire "je suis là, je suis ta maman, je suis ton papa, je vais chercher et on va tout faire pour te consoler". 

Un des besoins fondamentaux les plus importants c'est la présence corporelle, charnelle, sensorielle. D'où l’intérêt du peau à peau dès la naissance…

La maman ne peut pas assumer ça tout seule 24h/24. Le papa, les grands-parents, les parrains, etc... : il faut partager, l'aider, la soutenir. 

Pour en savoir plus

🎧 Ecoutez l'émission Pourquoi les bébés pleurent-ils ?

Isabelle Filliozat a fait paraître Au cœur des émotions de l’enfant.

Bernadette Lavollay a fait paraître Les vrais besoins de votre bébé

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.