Le baromètre politique Odoxa-CGI pour France Inter, l’Express et la Presse régionale de ce mois de février s’intéressent aux conséquences de l’affaire Griveaux dans l’opinion. La popularité d'Emmanuel Macron est en baisse et les Français sont frappés par la naïveté de son ex porte-parole.

Agnès Buzyn et Rachida Dati enregistrent les plus fortes hausses des cotes d'adhésion, selon le sondage réalisé par Odoxa-CGI pour France Inter, L'Express et la Presse Régionale
Agnès Buzyn et Rachida Dati enregistrent les plus fortes hausses des cotes d'adhésion, selon le sondage réalisé par Odoxa-CGI pour France Inter, L'Express et la Presse Régionale © Guillaume Georges/MaxPPP - Antonin Burat / Hans Lucas / AFP

Comment l'affaire Griveaux a-t-elle impacté les cotes de popularité du couple exécutif, et au-delà celles des protagonistes de la campagne municipale à Paris ? Le dernier baromètre mensuel Odoxa CGI pour Inter, la presse régionale et l'Express, nous permet d'y voir plus clair.  Chute assez lourde pour Emmanuel Macron, à 33% seulement de bonnes opinions, et baisse, aussi, mais moins forte, pour Edouard Philippe.

Pour deux Français sur trois Macron est un mauvais président

La popularité d’Emmanuel Macron recule à nouveau (-3 points) en février. Les Français sont exactement deux sur trois à estimer qu’il est un mauvais président. Avec 64 % de mauvaises opinions (-1 point), ce n’est guère mieux pour Édouard Philippe, dont la "demi-candidature" au Havre a sans doute paru peu intelligible.

L’élection parisienne impacte fortement la cote d’adhésion des personnalités politiques : Agnès Buzyn ( 7 points) et Rachida Dati ( 5 points) sont les personnalités qui enregistrent les plus fortes hausses ce mois-ci. La candidate LR devient l'une des "championne de la droite" - comme Valérie Pécresse, François Barouin ou Xavier Bertrand - en gagnant 30 points en un mois auprès des sympathisants LR.

Les Français choqués par la naïveté de Benjamin Griveaux

Sur l'affaire Griveaux en tant que telle, les sentiments exprimés sont ambivalents : 54 % des Français interrogés par Odoxa se disent indignés de voir sa vie privée jetée ainsi en pâture. Mais 57 % sont choqués aussi par la naïveté de l'ex-porte parole du gouvernement.

Le choix d’Agnès Buzyn pour remplacer Benjamin Griveaux à Paris a été vu comme un sacrifice de la part de l'ex-ministre de la Santé. Paradoxalement si les Français sont si "gentils" avec Agnès Buzyn, c’est parce qu’ils pensent qu’elle a accepté de se sacrifier dans cette opération.

Ils sont six sur dix à penser que ce choix est "mauvais" pour elle-même comme pour son ministère. 

Sondage réalisé par internet les 19 et 20 février, auprès d'un échantillon de 1005 Français représentatifs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.