Le vélo a le vent en poupe, le vol de vélo aussi avec à Paris, un véritable marché noir à ciel ouvert. Ça se passe sur une petite place, boulevard de la Chapelle dans le XVIIIème arrondissement. Reportage.

Une vente de vélos volés à ciel ouvert
Une vente de vélos volés à ciel ouvert © Radio France / Thibault Lefèvre

Depuis la fin du confinement, Julien roule avec un vélo tout neuf : "C'est un VTC qui fait à la fois de la route et du tout terrain. Je l'ai payé quand même 490 euros. Faut les sortir quand même". 490 euros donc,  pour son troisième vélo en moins de 5 ans. Les deux premiers ont été volés : "récemment un vieux vélo, et un VTT il y a trois ou quatre ans.  La première fois, c'était à Montmartre, la deuxième dans le 11ème, c'est un business."  

Un business qui se concentre donc au nord de Paris, autour d'une petite place arborée, à côté du Boulevard de la Chapelle, surplombée par le métro aérien. Une vingtaine de vélos sont accrochés au mobilier urbain, et des revendeurs guettent, sans stress apparent des clients, sous le regard indifférent des commerçants. Ahmed travaille depuis plus de 20 ans dans une épicerie juste à côté du lieu de vente :

C'est un commerce de vélo. Nous, on dit que c'est un commerce 'tombé du camion'. La plupart de ceux qui ramènent les vélos, ce sont des toxicos. Ils viennent avec le vélo, l'acheteur arrive, ils parlent du prix, autour de 40 euros, l'acheteur le prend et repart. La plupart des acheteurs qui viennent, c'est pas pour ici, c'est pour envoyer au bled."

Ahmed, commerçant depuis 20 ans à Barbès
Ahmed, commerçant depuis 20 ans à Barbès © Radio France / Thibault Lefèvre

Depuis plusieurs mois, la place est surveillée par une caméra de vidéo-surveillance. Les échanges sont depuis moins nombreux et une partie du commerce s'est déplacé à Aubervilliers, autour du métro Quatre Chemins, au nord de Paris.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.