Pendant le confinement, les réseaux sociaux,conversations vidéos et jeux en ligne permettent de maintenir le lien entre les générations. Habituellement peu connus pour leurs prouesses virtuelles, même les plus âgés s'y mettent, poussés par leurs enfants et petits enfants.

Des jeunes utilisateurs de l'application TikTok mettent en scène leurs grands-parents et les initient à des chorégraphies.
Des jeunes utilisateurs de l'application TikTok mettent en scène leurs grands-parents et les initient à des chorégraphies. © Captures d'écran / TikTok

TikTok, Instagram, FaceTime... Des mots qui parlent plus aux jeunes qu'à leurs parents et grands-parents, en principe. Pourtant, il y de plus en plus de cheveux blancs sur nos écrans. Les seniors se prêtent davantage au jeu des réseaux sociaux, la plupart du temps avec le concours de leurs cadets. Des outils qui leurs permettent d'entretenir le lien entre générations et de rompre l'isolement, particulièrement pendant les périodes de confinement que nous connaissons.

TikTok en famille

Richard, alias "Papy Gardien", et son petit-fils, "Romy", ne sont pas des novices sur les réseaux, puisqu'ils sont sur Instagram depuis 2017. Mais c'est quelques jours après l'annonce du confinement de mars qu'ils ont débarqué sur TikTok, l'application qui permet de faire de courtes vidéos. Plus de 370 000 personnes suivent ce compte où on trouve des vidéos du grand-père en train de s'occuper de son musée d'objets historiques de la guerre, de boire du champagne dans un supermarché, de bricoler des vieilles bécanes, de se raser... Et même de danser comme un "thug" (un "gangster"), comme dans cette vidéo "aimée" près de 170 000 fois.

Autre duo inséparable, Antoine et sa "mamie Zizette", 77 ans, dont le compte TikTok est suivi par plus de 828 000 personnes. S'ils ne débutent pas sur les réseaux sociaux, "le confinement a favorisé la création de vidéos car comme tous nous ne pouvions pas sortir et je n’avais plus cours", explique Antoine. "Il est bien difficile pour elle de rester cloîtrée toute la journée, poursuit-il, les vidéos nous permettent de s’amuser, et de s’éloigner aussi parfois du quotidien puisque nous créons des vidéos sans se prendre la tête et pour partager de bonnes ondes." Mamie Zizette est ainsi devenue une experte en communication digitale, elle sait fidéliser ses "followers" et animer sa communauté, comme une vraie influenceuse, même s'il lui arrive encore parfois de dire "amstramgram"au lieu de "Instagram".

Bastien a lui aussi profité du confinement pour se mettre en scène avec ses grands-parents, et en particulier sa "mémé" Colette, 84 ans. Son plus gros succès : une danse en duo bien connue des utilisateurs de TikTok sur la musique "Siren Beat". Lui qui espérait prouver à sa grand-mère qu'ils pouvaient récolter 1 000 "likes" avec cette vidéo, il en a finalement obtenu près de 330 000, un record sur son compte. Depuis, Bastien et sa "mémé", ainsi que son grand-père, continuent d'honorer les tendances du réseau social.

Comme Bastien, d'autres utilisateurs ont continué d'intégrer les "boomers" à leurs vidéos, même dans l'intervalle entre les deux confinements. Ces deux jeunes hommes ont ainsi lancé un défi à leur père : réaliser la chorégraphie du #BlindingLightsChallenge sur une chanson de The Weekend. Une tendance qui a connu un certain succès pendant le confinement, puisqu'il s'agissait de reproduire cette danse, plutôt énergique, en famille de préférence, et à la maison. Le jeu d'acteurs, l'air quelque peu béat et les pas de danse des trois comparses ont séduit plus de 44 000 personnes. "Et en plus vous dansez mieux que vos fils", "il déchire le papa", "le meilleur papa du monde"... Les commentaires gratifiants ne manquent pas pour ce père de famille.

Lorsqu'ils ne les font pas danser, les utilisateurs montrent leur prouesses à leurs aînés. Ainsi, cette jeune belge qui met régulièrement en scène son "papy" et sa "mamie", publie leur réaction à ses mouvements de #Tiagochallenge, viral sur TikTok. Après cette vidéo aimée plus de 19 000 fois, postée en plein pendant le confinement en avril, elle demande à ses grands-parents de remercier leurs "followers" au cours d'un appel visio. Le compte ne cesse de se remplir de leurs bons mots et de leurs farces.

Des retrouvailles... virtuelles

Pas de danse pour Ada, mais un concert pour son 81e anniversaire. Malgré le confinement, cette habitante d'Échirolles, dans l'Isère, a eu la joie de voir et d'entendre son petit-fils et son compagnon lui jouer et chanter "joyeux anniversaire" via un appel visio sur son téléphone portable. "Très émue" par cette attention, Ada ne sait pas trop comment cela fonctionne. C'est sa fille, Isabelle, qui active l'appel. 

Tous les dimanches, depuis le confinement précédent, il y a un rendez-vous en ligne qu'elle ne manquerait pour rien au monde. Avec son mari, elle se connecte de 16 heures à 19 heures, pour des parties de belote endiablées avec ses proches. "On avait l'habitude de jouer aux cartes avec nos voisins, mais comme on ne pouvait plus se réunir et on ne trouvait pas de masques, notre fille a vu avec son fils pour trouver une solution avec l'ordinateur", explique Ada. 

Ces rendez-vous virtuels sont autant de moments qui lui permettent de "tenir", pendant cette période de confinement et d'isolement. Et Ada est loin d'être la seule à s'en servir, puisque, selon une étude menée par Seniosphère Conseil, 46% des seniors ont utilisé WhatsApp pour la première fois pendant le confinement.