Biographie

Né à Bari, en Italie, en 1982, Alessandro Tota est titulaire d’un diplôme d’arts plastiques de l’Académie des Beaux-Arts de Bologne. Il est un des fondateurs de la revue Canicola, une revue dédiée à la bande dessinée qui a remporté le Prix Fanzine/BD Alternative au Festival d’Angoulême en 2007.

En 2006, il s’installe à Paris et travaille en tant qu’assistant du dessinateur Igort sur le roman graphique écrit par le romancier italien Massimo Carlotto : L’Alligator , (éd. Casterman).

Par ailleurs, il enseigne la bande dessinée aux Ateliers du Carrousel (Musée des Arts décoratifs) et au lycée Auguste-Renoir.

«J’ai toujours dessiné, depuis que je suis enfant. J’ai eu la chance d’être encouragé par mes parents qui m’ont transmis leur passion pour l’art et les histoires. Quand je suis arrivé en France, j’ai passé quelques années à faire différents boulots et je me suis mis tenir un journal en BD sur mon blog. J’y racontais la vie des garçons de 20-30 ans, leurs inquiétudes, leurs amitiés, leurs désirs, ma vie, en quelque sorte ! De ces années d’immigré à Paris, j’ai fait mon premier livre, Terre d’accueil, qui a d’abord été publié en France (éd. Sarbacane) avant d’être publié en Italie sous le titre Yeti. Cet album a de suite reçu le soutien d’Amnesty International, qui l’a même coédité, estimant qu’il apportait un éclairage intéressant sur la question de l’immigration en France . J’en ai été très honoré, bien que je n’aie pas voulu faire un livre-manifeste. »

Cet album a gagné les prix du Meilleur Premier Album et de la Critique au Romics 2010, et du Meilleur Livre Italien au Treviso Comic Book Festival 2010.

En 2011, Alessandro Tota publie Fratelli (éd. Cornelius), qui est le premier ouvrage d’une trilogie mêlant textes et BD située sur les lieux de son adolescence, à Bari. Un retour aux sources nécessaire selon lui…

Ses sources d’inspiration vont de Robert Crumb à Myazaki, en passant par le génial John Fante et « tout le grand cinéma italien depuis Monicelli ».

Récemment, Tota vient de faire paraître aux éditions de L’Olivier, Palacinche , un reportage en bande dessinée et photographie réalisé avec la photographe Caterina Sansone . Ce livre raconte, sur plusieurs générations, l'exil d'une famille originaire de Fiume (aujourd'hui Rijeka, en Croatie), et la tentative d'une jeune femme de renouer avec ses racines. « A travers cette histoire vraie typique de la fin du XXème siècle (la fuite, la vie dans les baraquements des camps de transit, la difficile intégration, l'apprentissage d'une langue inconnue), les deux auteurs déploient un récit polyphonique d'une beauté et d'une profondeur universelles. A la fois reportage, récit autobiographique et roman d'apprentissage, Palacinche se place d'emblée dans la lignée inaugurée par Art Spiegelman . »

Son travail a été exposé à Bologne, Naples, Milan, Helsinki, Paris, Lucerne, Leipzig, Hambourg.

Bibliographie :

  • 2010,Terre d'accueil, Sarbacane
  • 2011,Fratelli, Cornélius
  • 2012, Palacinche, histoire d’une exilée, avec Caterina Samsone, Olivius, L'Olivier

Le site d’Alessandro Tota

Photo © Caterina Sansone __

Biographie de la Documentation de Radio-France, octobre 2012