Biographie

Amos Gitaï est né le 11 octobre 1950 à Haïfa en Israël. Il suit des études d’architecture, qu’il doit interrompre lorsqu’il est mobilisé pour la guerre du Kippour en 1973. Après un terrible accident d’hélicoptère qui aurait pu lui coûter la vie, Amos Gitaï décide de changer de vie, de s’exprimer et de s’engager. Après avoir fini ses études d’architecture à l’université américaine de Berkeley, le septième art lui offre cette possibilité. La caméra qu’il manie en amateur depuis 1973, devient une arme, son pays et son expérience l’essence même de ses films. Son premier documentaire La Maison lui vaut la censure de la télévision d’Etat et l’exil vers l’Europe. Là-bas, Amos Gitaï continue son activité et expérimente une technique cinématographique matérialisant une esthétique du réel. Il continue sa dénonciation et s’attaque à d’autres sujets comme le fascisme italien. Amos Gitaï retourne en Israël et à Haïfa, sa ville natale, il crée une école de cinéma. Au cinéma, il collabora avec les meilleurs techniciens et de grands comédiens, comme l’actrice française Jeanne Moreau. Souvent présent sur la croisette, ses longs métrages, ses courts métrages et ses documentaires ne laissent pas indifférents. En 2000, Kippour le consacre comme un des grands réalisateurs engagé de son époque. En 2012, il revient au documentaire et consacre un film hommage au parcours de son père, jeune architecte, à travers l'Allemagne, la Suisse, la Pologne et Israël. Ana Arabia (sortie prévue en juin 2014) raconte l'histoire de sept personnages qui vivent à Bat Yarn, la banlieue sud de Tel-Aviv.

Filmographie sélective :

  • 1977 : Political Myths
  • 1989 : Berlin-Jérusalem
  • 1994 : The Neo-Fascist Trilogy
  • 2000 : Kippour
  • 2002 : Kedma
  • 2004 : Terre promise
  • 2005 : Free Zone
  • 2007 : Désengagement
  • 2008 : Plus tard tu comprendras
  • 2012 : Lullaby to my Father
  • 2014 : Ana Arabia

Photo © CC Ehud banai

Biographie réalisée par la Documentation de Radio France, mars 2014

actualités sur Amos Gitaï