Biographie

Né le 2 juillet 1950 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Député PCF de la 5ème circonscription du Puy-de-Dôme, Conseiller régional d’Auvergne. Professeur de lettres et d’histoire géographie, principal du collège, ses responsabilités politiques débutent en 1977 lorsqu’il devient adjoint au maire de Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme). Il deviendra maire de ce village en 1983 puis conseiller général du Puy-de-Dôme en 1979 ; conseiller régional d’Auvergne en 1998 ; député du Puy-de-Dôme en 2002. Très impliqué dans la défense des services publics, de l’agriculture et de l’environnement, en 2005, il se prononce pour le « Non » au référendum sur le projet de Constitution européenne. Et en 2008, à la surprise générale, dans le cadre du projet de loi sur les OGM, il fait adopter par l’Assemblée nationale un amendement restreignant la culture de plantes génétiquement modifiées notamment dans les zones AOC pour éviter toute dissémination intempestive. Victoire pour les anti-OGM mais colère chez les députés UMP. Malgré la création d’un comité de soutien à l’amendement Chassaigne et le lancement d’une pétition, le groupe UMP au Sénat neutralisera ce fameux amendement 252 pour, selon eux, le « rendre conforme au droit européen ». Lors du vote, la gauche PS et PCF quittera l’hémicycle considérant que l’amendement est vidé de sa substance.

Dans son livre intitulé Pour une terre commune (Editions Arcane 17, 2010), André Chassaigne raconte sa prise de conscience environnementale et ses combats : « En travaillant en tant que parlementaire sur les questions environnementales, j’ai pu constater combien la boulimie du capitalisme ne concernait pas que les outils de production. L’approche libérale pousse bien sûr à privatiser toutes les ressources de l’humanité, qu’il s’agisse des ressources énergétiques ou encore de l’eau. Mais elle va beaucoup plus loi en privatisant même la pollution, avec la création d’un marché carbone. Je crois qu’il faut opposer à la privatisation des écosystèmes l’idée de bien commun de l’humanité, c’est-à-dire l’appropriation collective des ressources naturelles, comme l’eau et les diverses sources d’énergie. En parlant de Terre commune, je veux dire qu’elle appartient à tous et qu’elle ne saurait être confisquée au profit de quelques-uns. » (Extrait d’un entretien paru dans L’Humanité le 10/09/2010).

Biographie de la Documentation de Radio France, 12/09/2011.

actualités sur André Chassaigne