Biographie

Léonie Bathiat, dite Arletty, née le 15 mai 1898 à Courbevoie et morte le 23 juillet 1992 à Paris, est une actrice française.

Celle qui deviendra Arletty est née dans un milieu très modeste, mais fera quelques rencontres qui lui ouvriront les portes d’un succès amplement mérité. Elle tournera des films pendant 55 ans (de 1930 à 1985) et jouera dans de nombreuses pièces de théâtre, des opérettes et des revues ( de 1919 à 1966 ). En 1930, elle débute devant la caméra de René Hervil dans La Douceur d'aimer , le succès sera immédiat. Son humour et sa gentillesse font merveille dans des comédies comme Fric-frac ou Circonstances atténuantes , et quand Marcel Carné la dirige dans Hôtel du Nord , Le Jour se lève , Les Visiteurs du Soir et bien sûr Les Enfants du Paradis elle se révèle éblouissante. De plus, Jacques Prévert et Henri Jeanson écrivent pour elle des répliques sur mesure qui deviendront vite cultes.Sous l'Occupation, elle sera l'inoubliable Madame Sans-Gêne de Roger Richebé ,

Elle est l'amie de Louis‑Ferdinand Céline et de Robert Le Vigan , son porte-parole à Radio-Paris .

Sa carrière au cinéma sera en partie compromise à laLibération parce qu'elle a eu une relation avec un officier allemand. Elle revient donc au théâtre, avec bonheur et talent, entre autres dans Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams avec Daniel Ivernel et Louis de Funès débutant, puis La Descente d'Orphée avec Jean Babilée, Un Otage de Brendan Behan avecGeorges Wilson ,mais, menacée de cécité, elle tourne un dernier film en 1962, Le Voyage à Biarritz deGilles Grangier , où elle retrouve Fernandel .

En 1966, elle perd son frère, Pierre, et Jean-Pierre Dubost , son ami intime et unique compagnon de route. Elle perd aussi partiellement la vue et doit interrompre Les Monstres sacrés de Jean Cocteau au théâtre des Ambassadeurs. Elle disparaît de la scène et de l'écran mais prête sa voix pour différents reportages.

À partir de 1984, elle soutient activement l'Association des artistes aveugles et jusqu'à sa mort, Arletty restera fidèle à cette association dont elle est pour toujours la présidente d'Honneur.

Figure mythique de l'âge d'or du cinéma français , elle meurt en juillet 1992, à 94 ans, dans son appartement parisien de la rue de Rémusat. Elle repose au cimetière de Courbevoie.

Ce que je voudrais que l'on dise de moi après ma mort ? Cette fille-là, c'était pas du toc !