Biographie

Couronné par un Oscar, deux Golden Globes et deux BAFTA Awards, entre autres prix prestigieux, Ben Kingsley est l’un des comédiens britanniques les plus respectés, aussi bien pour son travail au cinéma qu’à la télévision et au théâtre.

Ben Kingsley a reçu en 1983 l'Oscar du meilleur acteur pour son interprétation du rôle-titre de Gandhi de Richard Attenborough, ainsi que les BAFTA Awards et les Golden Globes du meilleur acteur et du meilleur espoir. Le film a remporté les Oscars du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure photo. Kingsley a reçu en 1984 le Padma Sri des mains d’Indira Gandhi et du gouvernement indien.C’est en 1972 que Ben Kingsley a fait ses débuts au cinéma dans Six minutes pour mourir de Michael Tuchner. Après son succès dans Gandhi , il a été à nouveau couronné pour son interprétation dans l'adaptation de la pièce de Harold Pinter Trahisons conjugales par David Jones, pour laquelle il a remporté le London Evening Standard Award du meilleur acteur. Il a été le Dr Watson aux côtés de Michael Caine-Sherlock Holmes dans Élémentaire, mon cher... Lock Holmes de Thom Eberhardt en 1988 et a joué en 1990 dans The children de Tony Palmer, dont il partageait la vedette avec Kim Novak.

Parmi ses rôles les plus marquants figurent également ceux de À la recherche de Bobby Fischer de Steven Zaillian, ou L'Île de Pascali de James Dearden. Il a incarné Dimitri Chostakovitch dans Testimony de Tony Palmer. Il a joué ensuite dans Les experts de Phil Alden Robinson, avec Robert Redford. Il a été Ishtzak Stern dans le drame de Steven Spielberg La liste de Schindler. Le film a obtenu l'Oscar du meilleur film et six autres Oscars. Il a ensuite joué dans Président d'un jour d'Ivan Reitman, et dans l'adaptation de la pièce d'Ariel Dorfman La jeune fille et bla mort réalisée par Roman Polanski.

Ben Kingsley a par la suite été l'ambassadeur Mourain dans L'enfer du devoir de William Friedkin, et Graydon, l'empereur de la planète mère de Garry Shandling dans la comédie de Mike Nichols De quelle planète viens-tu? .En 2002, il a joué dans Tuck everlasting de Jay Russell, Le triomphe de l'amour de Clare Peploe, et a été le narrateur de A.I. : Intelligence artificielle de Steven Spielberg. On l’a vu dans Suspect zéro de E. Elias Merhige, Oliver Twist de Roman Polanski, où il incarnait Fagin, et Un coup de tonnerre de Peter Hyams. Il a été depuis à l’affiche de Slevin de Paul McGuigan.On le retrouve en 2007 dansYou kill me de John Dahl, où il joue un tueur à gages alcoolique essayant d’arrêter de boire. Il est aussi Ambrosinus/Merlin dans La dernière légion de Doug Lefler.En 2008, il joue dans Wackness de Jonathan Levine, Transsibérien de Brad Anderson, Lovers sous la direction d’Isabel Coixet, d’après le roman de Philip Roth "The Dying Animal", War, inc. de Joshua Seftel, Love Gourou de Marco Schnabel et Guerre de l'Ombre de Kari Skogland. Il a joué depuis dans Teen Patti et dans Prince of Persia : Les sables du temps de Mike Newell.Il a tourné dernièrement le nouveau film de Larry Charles,The dictator , coécrit et interprété par Sacha Baron Cohen.Né dans le North Yorkshire, formé au théâtre, devenu pensionnaire de la Royal Shakespeare Company en 1967, Ben Kingsley compte à son répertoire des pièces comme "Le Songe d’une nuit d’été", "La Tempête", "Jules César" dans le rôle de Brutus, et les rôles-titres d’"Othello" et "Hamlet", entre autres.Ben Kingsley est retourné au théâtre en 1997 pour jouer dans "En attendant Godot" de Samuel Beckett à l'Old Vic, mis en scène par Sir Peter Hall. Il a travaillé avec Peter Hall au National Theatre sur "Volpone", "La Cerisaie", "The Country Wife" et "Judgement".Il a interprété le roi dans un disque de la comédie musicale de Rodgers et Hammerstein "Le Roi et Moi" avec Julie Andrews.Il a été anobli par la reine Elizabeth II en 2001.

Crédit photo : Jaap Buitendijk