Benoît Collombat est un journaliste d’investigation.

Il travaille à France Inter depuis 1994.

Parmi ses nombreux reportages :

  • En 2003, une contre-enquête sur la mort de l'ancien ministre Robert Boulin, intitulée « Affaire Boulin, un homme à abattre », qu’il prolonge en 2009 avec de nouveaux éléments inédits.
  • En décembre 2007, une enquête sur la disparition en Polynésie française du journaliste d’investigation Jean-Pascal Couraud, dit JPK.
  • En 2008, il enquête sur les rumeurs d'assassinat du premier ministre Pierre Bérégovoy. Puis sur l'affaire du "cabinet noir" d'Yves Bertrand, et sur l'affaire Ali Mécili. Benoît Collombat enquête également sur les paradis fiscaux.
  • En 2009, Benoît Collombat réalise l'enquête « Les affaires africaines du Docteur Kouchner » où il publie pour la première fois les fameux rapports.Il apporte également de nouveaux éléments dans l'enquête sur le naufrage du Joola au Sénégal. En 2009, il réalise également un reportage en Afrique « Cameroun : l’empire noir de Vincent Bolloré ».
  • En août 2010, Benoît Collombat publie une enquête sur Éric de Sérigny, l’un des conseillers d’Eric Woerth mais aussi l’affaire Wildenstein, nouvel élément de l’affaire Bettencourt

Benoît Collombat a écrit plusieurs livres :

  • « Un homme à abattre, Contre-enquête sur la mort de Robert Boulin ». Fayard, avril 2007
  • « Histoire secrète du Patronat de 1945 à nos jours», avec David Servenay, Frédéric Charpier, Martine Orange, Erwan Seznec. La Découverte, novembre 2009
  • «La fédé, comment les socialistes ont perdu le Nord», avec David Servenay. Seuil, septembre 2012
  • "Un homme disparaît : l’affaire JPK – 15 décembre 1997". Editions Nicolas Eybalin/Scrineo, mars 2013
  • "Cher pays de notre enfance - Enquête sur les années de plomb de la Ve République", une BD écrite avec Etienne Davodeau, Fauve du prix public Cultura au Festival Angoulème 2016.

Benoît Collombat a reçu de nombreux prix, parmi lesquels :

  • le Prix international de l'enquête 2008 du CFJ (Centre de formation des journalistes), catégorie radio, pour l’enquête sur l'affaire JPK « Des requins en eaux troubles »,
  • le Prix Goretta en 2006, pour un reportage pour le magazine "Interception" consacré à la fin de vie, intitulé « Je vous tire ma révérence »,
  • le 1er prix de la Fondation Varenne, pour son reportage « Les naufragés de Calais » diffusé le 24 mars 2006,
  • le Grand Prix du reportage Radio France en 2002 pour un reportage consacré aux condamnés à perpétuité « En prison avec les longues peines »,
  • le Prix franco-allemand du Journalisme en 2000 pour « Allemagne, le mur dans les têtes »,
  • le prestigieux Prix Ondas la même année, pour « Les Derniers des Justes »
  • le Grand Prix du reportage Radio France en 1996 pour un reportage « Policiers et jeunes des quartiers : parole contre parole » (avec Tara Schlegel).
  • Benoît Collombat est également lauréat de la Bourse Payot (1994).