Biographie

Patrick Chamoiseau est né le 3 décembre 1953 dans un milieu très pauvre à Fort-de-France en Martinique. Coincé entre sa culture créole maternelle et la culture française officielle, il a très tôt trouvé refuge dans la lecture refusant la langue française. Après des études de droit et d'économie sociale en France, il devient travailleur social, d'abord dans l'Hexagone, puis en Martinique. Son œuvre couvre tous les genres et témoigne par une écriture fondatrice de l'identité vivante conquise par les peuples de la Caraïbe. Quand il dit « je suis un écrivain » il dit aussi : « j’écris en français et je n’ai rien à voir avec la littérature française ; j’ai la peau noire, mais on ne peut pas me mettre dans la littérature africaine ; j’ai la peau noire, mais je suis proche de n’importe quel écrivain blanc de la Caraïbe. J’écris en français, mais je suis plus près de Garcia Marquez ou de Naipaul que de Modiano… » . Son premier roman en 1986 Chronique des sept misères raconte la vitalité qui anime le vieux marché de Fort-de-France où résonne le créole mais aussi décrit un monde qui va disparaître, à la manière d’un ethnographe. Son deuxième roman en 1988 Solibo Magnifique développe les thèmes de la de la recherche d'une identité martiniquaise par les pratiques culturelles du passé. Avec sa grande fresque familiale Texaco en 1992, Patrick Chamoiseau prend une dimension internationale conquérant le Prix Goncourt et amplifiant la portée de sa parole. Créolité et identité culturelle sont deux fondamentaux de son écriture qu’il partage avec d’autres écrivains créoles tels Raphaël Confiant, Jean Bernabé ou Edouard Glissant (Eloge de la créolité , 1989). On le retrouve avec R. Confiant pour un essai Lettres créoles sur la littérature antillaise de 1635 à 1975 puis il rédige deux volumes consacrés à Une enfance créole sous forme de conte. Avec le photographe Rodolphe Hammadi, il produit Guyane : traces-mémoires du bagne (1994). En 1997, il publie deux textes liés à l’esclavage, un moment fondateur de la réalité antillaise : Ecrire en pays dominé et L’esclave vieil homme et le molosse mais aussi Cases en pays mêlés (2000), une étude sur les habitations des esclaves. Se détachant progressivement du créole, Patrick Chamoiseau continue de se pencher sur l’Humain par le biais de contes ou de romans au foisonnement poétique (Biblique des derniers gestes, 2002). Il clôt ses souvenirs d’enfance en 2005 avec A bout d’enfance , reçoit le Prix RFO 2008 avec Un dimanche au cachot . Deux textes écrits avec Edouard Glissant marquent cette décennie l’un Quand les murs tombent est un appel à résister contre le Ministère de l’Identité nationale et l’autre L’Intraitable beauté du monde interpelle le président américain Barak Obama. Malgré ces écrits engagés, Chamoiseau n’a pas l’intention d’exercer d’activités politiques mais souffre « que son pays, la Martinique, vive dans une irresponsabilité collective » (Lire).

  • 1992 – Prix Goncourt pour « Texaco »

  • 1993 - Prix Carbet de la Caraïbe, pour « Antan d'enfance »

  • 2002 - Prix spécial du jury RFO, pour « Biblique des derniers gestes »

  • 2008 - Prix RFO pour « Un dimanche au cachot »

Bibliographie sélective

L’intraitable beauté du monde : adresse à Barak Obama , Editions Galaade, 2009

Quand les murs tombent : l’identité nationale hors-la-loi ? Editions Galaade, 2007

Un dimanche au cachot , Gallimard, 2007

À bout d'enfance , Gallimard, 2005

Biblique des derniers gestes , Gallimard, 2001

Écrire en pays dominé , Gallimard, 1997

Chemin d'école , Gallimard, 1994, 188 p.

Lettres créoles , Hatier (Brèves littérature), 1991

Antan d'enfance , Hatier (Hautes enfance), 1990

Éloge de la créolité , Gallimard, 1989

Solibo magnifique , Gallimard, 1988

Chronique des sept misères , Gallimard, 1986

Manman Dlo contre la fée Carabosse , Éditions caribéennes, 1982

Biographie de la documentation de Radio France, le 09/03/2012