Biographie

Egyptologue française née le 17 novembre 1913 à Paris, morte de 23 juin 2011 à Sézanne (Marne). Dès 1922 elle se passionne pour la découverte du tombeau de Toutânkhamon par Howard Carter.

Après des études d’égyptologie, elle entre au département des Antiquités égyptiennes du Louvre fondé par Champollion.

Première femme pensionnaire de l’Institut français d’archéologie orientale, elle est aussi la première à diriger un chantier de fouilles en 1938.

Résistante pendant la deuxième guerre mondiale, elle met à l’abri en zone libre les trésors du département égyptien.

L’œuvre de sa vie sera le sauvetage des monuments de Nubie, menacés d’engloutissement par le barrage d’Assouan. L’UNESCO lui demande d’établir un inventaire de ces sites, jusque là peu étudiés.

Le 8 mars 1960, à la tribune de l’institution internationale, elle lance un appel à la solidarité mondiale pour trouver les fonds nécessaires. Cinquante pays répondront à l’appel. Quatorze temples seront déplacés, pierre par pierre, dont ceux d’Abou Simbel. Il faudra 20 ans pour mener l’entreprise à bien. Le cas le plus délicat est celui du temple d’Amada qui ne peut être découpé à cause de ses miniatures. Christiane Desroches Noblecourt demande à des architectes de trouver un moyen de le déplacer d’un bloc. Il sera mis en précontrainte, déposé sur des rails et transporté par piston soixante mètre plus haut ! Une fois de plus, Madame Desroches Noblecourt se battra bec et ongle pour obtenir les fonds nécessaires…

Une action qui lui vaudra la reconnaissance des autorités égyptiennes, lui permettant en 1967 d’organiser la fameuse exposition Toutânkhamon qui verra défiler 1 240 000 visiteurs. En 1976 elle récidive avec l’exposition Ramsès II, accompagné du sauvetage de la momie du Pharaon.

En 1984 enfin, Christiane Desroches Noblecourt déblaye et aménage la vallée des reines : plus de 100 sépultures sont explorées.