Biographie

Aussi loin qu’elle s’en souvienne, son premier souvenir de spectatrice la ramène à une représentation du Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, mis en scène par Jean-Paul Roussillon, à la Comédie-Française en 1976. Une pièce qui réapparaitra durant sa formation au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, dans les classes de Viviane Théophilidès, Daniel Mesguich et Jean-Pierre Vincent. Un peu plus de vingt ans plus tard cette même spectatrice entre à la Comédie-Française, en tant que pensionnaire, le 7 mars 1997. Clotilde de Bayser devient la 509e sociétaire de la troupe, le 1er janvier 2004. (...) En 2007, elle prend part à la mise en scène acclamée de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, par Denis Podalydès. En 2008 et 2009 elle interprète le rôle de la comtesse dans Figaro divorce du dramaturge d’origine austro-hongrois Ödön von Horváth, dans une mise en scène de Jacques Lassalle ; puis celui de la Vieille, aux côtés de Michel Robin, dans Les Chaises d’Eugène Ionesco, mises en scène par Jean Dautremay au Studio-Théâtre. Hors de la Comédie-Française, Clotilde de Bayser mène une activité théâtrale intense, notamment auprès de metteurs en scène tels que Jean-Pierre Vincent, qui lui offre son premier grand rôle dans On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset (1985) ; Andreï Konchalovsky pour La Mouette de Tchekhov (1989) ; Patrice Kerbrat pour Passion secrètes de Jacques-Pierre Amette (1993) ; ou encore Claude Stratz pour Fantasio d’Alfred de Musset (1996). Au cinéma, elle joue face aux caméras d’Olivier Assayas pour L’Enfant de l’hiver (1988) ; de Francis Girod pour L’Enfance de l’art (1988); de Claude Miller pour La Petite voleuse (1988) ; et de Claude Lelouch pour Hommes, femmes : mode d’emploi (1996). Ces dernières années, elle associe son nom à ceux de réalisateurs affirmant un cinéma plus engagé et politique, tels que Azize Kabouch pour Lettres d’Algérie (2001) ; ou Abdelkrim Bahloul pour son film Le Soleil assassiné (2002). Elle tourne dans le premier film de Niels Arestrup, Le Candidat , sorti en 2008. D’autres réalisateurs font appel à elle pour leurs projets à la télévision, notamment : Gilles Behat pour Antoine Rives « action rouge » (1992) ; Josée Dayan pour Deux morts sur ordonnance (1993); Gérard Mordillat pour Artaud (1993) ; ou encore Denys Granier-Deferre pour L’Instit « Méchante » (1996). Durant les années 2000 et 2001, elle interprète le rôle du commandant Françoise Galliot dans la série La Crim’ , diffusée sur France 2, et connaissant un grand succès populaire.Clotilde de Bayser est Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres ; et Chevalier dans l’Ordre national du mérite

(source : site de la Comédie-Française).