Biographie

S’il est un musicien qui incarne et synthétise les conceptions de la contrebasse dans le champ du jazz moderne, c’est sans doute Dave Holland. De Michael Brecker à Pat Metheny, en passant par Chick Corea, Don Cherry, Joe Lovano, Lee Konitz, John Scofield ou, surtout, Miles Davis, la star des contrebassistes (c’est pourtant avec une basse électrique qu’il habite quelques chefs-d’œuvre de Miles) a su imposer au gratin du jazz mondial son groove puissant et élégant. Le Britannique est marqué dès ses débuts par Charles Mingus, Scott LaFaro, Ron Carter ou Gary Peacock. Il se démarque d’abord en Angleterre par son engagement auprès de musiciens progressistes en plein épanouissement tels John Surman ou John McLaughlin. En 1968, de passage à Londres, Miles Davis entend le contrebassiste et l’engage aussitôt pour participer aux séances historiques de In a Silent Way et Bitches Brew . Installé aux États-Unis, Holland affirme depuis les années 80 l’idée que la contrebasse peut être le pivot d’un groupe de jazz en l’absence d’un piano.

©laurence_labat_ECM_record