Biographie

Anthropologue au CNRS, elle devient peu à peu une cinéaste reconnue en réalisant des documentaires puis des fictions à la fois en France et en Afrique. Son fil conducteur : porter un regard de l'intérieur sur des mondes fermés, celui des femmes cloîtrées dans un harem au Niger (Contes et décomptes, 1993, Prix Georges Sadoul et Gold Hugo Award au festival de Chicago), celui des pénitenciers (Si bleu, si calme, 1996), celui des ghettos d'Abidjan (Bronx Barbès, Mention spéciale du jury Festival de Locarno, le film dépasse les records de Titanic en Côte d'Ivoire), ou encore celui des migrations clandestines (Après l'Océan, 2009).Avec Malik Ambar, c'est à la compréhension des stratégies d'émancipation des êtres humains qui arrivent à dépasser les cloisonnements sociaux qu'elle s'emploie. Éliane de Latour prépare actuellement une exposition de photos à la Maison des Métallos (Mairie de Paris) consacrée à des portraits de jeunes prostituées ivoiriennes.