Biographie

Fabrice Hergott est né à Sarreguemines en 1961. Historien de l'art, il soutient les artistes contemporains et souligne la continuité dans la création artistique. En 1985, Fabrice Hergott est nommé conservateur au Centre Georges Pompidou. Il y organise des expositions consacrées notamment à Max Ernst, Georges Rouault, Francis Bacon, Joseph Beuys, Max Beckmann ou Georg Baselitz. En 2000, il est nommé directeur des musées de ville de Strasbourg,

Fabrice Hergott est né en 1961 à Sarreguemines (Moselle). Après avoir été Conservateur au Musée National d’Art moderne Georges Pompidou (1985-2000), il a dirigé les musées de Strasbourg (2000-2007).

Fabrice Hergott a apporté un regard nouveau sur les collections du musée qui sont un des fondements de l’institution notamment avec le nouvel accrochage qui met en lumière des figures artistiques majeures parfois délaissées (Rouault, Delaunay, Derain, Dufy, de Chirico, Fautrier, Etienne-Martin) et l’art contemporain (Baselitz, General Idea, Lüpertz, Penck, Sturtevant, etc.)

Fabrice Hergott a également consolidé les relations avec les donateurs, collectionneurs et artistes qui constituent une source essentielle à l’enrichissement du musée avec notamment les donations De Chirico, Darger, Grüber, Leroy, L’Oréal Toroni et Michael Werner en 2012 (un ensemble de près de 130 oeuvres contemporaines et modernes).

Depuis 2007, Fabrice Hergott pour qui « l’art contemporain doit rester un plaisir », dirige le Musée d'Art moderne de la ville de Paris. Son activité à la tête de l’équipe du musée a conforté l’attractivité du musée dans un environnement qui est aujourd’hui particulièrement dynamique tout en renforçant les échanges avec les mécènes et les Amis du Musée.

En 2013, a lieu, dans le Musée, une rétrospective des oeuvres de Keith Haring , mais aussi une exposition des œuvres d’artistes contemporains comme Linder Sterling et Danh Vo .

Pour en savoir plus :

Musée d’Art moderne de Paris

Photo © Fabrice Hergott - Kleinefenn - ifrance.com

Biographie de la Documentation de Radio-France, avril 2013