Biographie

En 2004, il sollicite Brice Hortefeux, alors conseiller du ministre de l’Économie Nicolas Sarkozy. Le conseiller le prend alors sous son aile, Hortefeux étant dès lors considéré comme son mentor politique. Entre 2005 et février 2011, il travaille ainsi dans plusieurs cabinets ministériels, notamment dans celui de Brice Hortefeux place Beauvau.Il entre en politique en mai 2006, où il est porte-parole du club politique associé à l’UMP La Diagonale, qui réunit des "sarkozystes de gauches", prônant des idées jugées progressistes pour le parti au pouvoir, comme le droit de vote aux municipales des étrangers sur le territoire depuis dix ans ou encore l'égalité des droits pour les homosexuels.Il est élu conseiller régional d'Île-de-France UMP lors des élections régionales de 2010. Il est candidat aux élections cantonales de 2011, dans le canton de Gonesse (Val-d'Oise). Il ne parvient cependant pas à se qualifier au second tour, devancé par les candidats du FN et du PS. Secrétaire national de l’UMP, sa notoriété croît lors de l'élection présidentielle de 2012, où il est poussé par la direction du parti à défendre la parole du candidat Nicolas Sarkozy, comme d’autres "jeunes pousses", à l’instar de Franck Riester, Valérie Rosso-Debord ou encore Salima Saa.En vue du congrès de l'UMP de novembre 2012, il co-fonde et porte avec Guillaume Peltier la motion La Droite forte, qui se déclare comme héritière du sarkozysme. Située à l’aile la plus à droite de l’UMP, elle propose notamment des quotas de journalistes de droite à la télévision, la suppression de l’AME pour les étrangers en situation irrégulière ou encore la suppression du droit de grève des enseignants. Il est membre de l’Association des amis de Nicolas Sarkozy.

Il est investi en 5ème position sur la liste menée par Alain Lamassoure en Île-­de-­France, lors des Élections Européennes en mai 2014.Le 12 février 2015, il sort le livre « La fronde nationale » aux Éditions du Moment qui vise à expliquer et démontrer point par point les incohérences du programme du Front National pour la France.Il décide de reprendre son métier d’avocat début 2015, en parallèle de son mandat de conseiller régional.Il est nommé porte-­parole de la campagne régionale de Valérie Pécresse en 2015, puis élu Vice­‐président de la région Île-de-France.

actualités sur Geoffroy Didier