Biographie

Chercheur associé au CETEC, le laboratoire de recherche de l’Université Paris-Dauphine, en 1996 et 1997 il travaille sur l'impact des révolutions technologiques sur les pratiques sociales. Dans les années 1999-2002, il est intervenant en DESS à l’Université de Marne-la-Vallée sur « la privatisation du renseignement » et « sur la recherche d’informations fermées ». Entre 2007 et 2008, il intervient en Master de journalisme à l'Université de Montpellier.

En février 2009, il anime des séminaires à l'école de journalisme du CFJ.

Depuis mars 2011, il travaille pour le site OWNI.fr . De septembre 2008 à février 2011, il publie régulièrement des enquêtes dans le quotidien Libération ; notamment sur l'affaire de l'attentat de Karachi, mais aussi sur des trafics d'armes , des opérations immobilières sur les prisons , l'affaire de Tarnac ... De septembre 2007 à juin 2008, il présente sur France Info une chronique intitulée "Un monde imparfait ". Dans une enquête parue dans Le Monde du 11 juin 2007, il révèle des documents démontrant l'existence de pressions politiques, émanant de l'Élysée et du directeur de cabinet du Garde des Sceaux, dans le dossier d'instruction du juge Borrel, relatif à ce magistrat assassiné en octobre 1995 à Djibouti .

En avril 2007, il est l'auteur d'une enquête publiée dans le quotidien Le Monde qui révèle que les services secrets français avaient prévu dès janvier 2001 qu'Al-Qaida s'en prendrait aux États-Unis en utilisant ses avions de ligne.

De 2005 à 2007, il présente une chronique hebdomadaire sur la chaîne de télévision i> Télé, le mercredi soir. Il gère le site geopolitique.com et assure des collaborations ponctuelles avec l'agence CAPA et pour l'émission « 90 minutes » de Canal+.

En 2005, il publie Al-Qaida vaincra (Privé/Flammarion), le dernier de ses ouvrages sur le terrorisme islamiste. Paru au mois de mai 2005, le livre montre qu'une structure nommée International islamic relief organization (IIRO) a financé Al-Qaida. Cette structure sera inscrite en août 2006 sur la liste du Département américain du Trésordes organisations accusées d'avoir soutenu le terrorisme islamiste.

Il exerce, jusqu'à sa démission en juillet 2005, les fonctions de directeur de collection chez Flammarion. Dans ce cadre, il a été chargé de développer la collection « Flammarion/Enquête ». À ce titre, il engage des auteurs tels Jean de Maillard, Fabrice Monti, François Missen et Laurent Léger.

De septembre 2003 à l'été 2005, il assure des fonctions de directeur de recherche à l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques). À cette période, il travaille sur la crise irakienne et en particulier sur le dossier des armes de destructions massives en Irak, sur lequel il communique des conclusions tranchées avant l'intervention militaire, notamment lors d'un journal télévisé de France 2, le 5 février 2003.

En mai 2003, il publie Les nouveaux pouvoirs (Flammarion), un livre d'enquête consacré au développement de l'industrie du lobbying et à la privatisation du droit. La même année, il crée la revue Minotaure .

Entre juin 2003 et février 1999, il est rédacteur en chef d’Intelligence Online , lettre professionnelle consacrée à l’actualité du risque politique et de l’intelligence économique. Il démissionne de cette fonction en juin 2003.

En juin 2002, il est le coauteur avec Jean Guisnel, journaliste au Point, de L’effroyable mensonge (La Découverte, 2002), un ouvrage qui conteste la version de Thierry Meyssan selon lequel, lors des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, aucun avion n'aurait percuté le Pentagone.

En novembre 2001, il est le co-auteur avec Jean-Charles Brisard de Ben Laden, la vérité interdite (Denoël 2001). La thèse principale de l'ouvrage, selon la jaquette du livre, est que « la monarchie saoudienne s'est longtemps livrée à double jeu » et que les Saoudiens sont de « puissants financiers, à la fois partenaires de l'Occident et argentiers de la terreur ». Il rédige la première partie de ce texte consacrée aux discussions entre les Talibans et le département d'État, menées entre mars et juillet 2001, après l'embargo décrété par les Nations-Unies. L'existence de ces discussions a été ultérieurement confirmée et étayée par la déclassification de notes internes du département d'État, publiées le 30 janvier 2004 par l'organisation américaine National Security Archives de l'Université George Washington.

En mars 1999, il publie Secrètes affaires (Flammarion, 1999). Débuté durant l'été 1997 et paru au mois de mars 1999, ce livre décrit et analyse les phénomènes de privatisation du renseignement et de la sécurité.

Photo de Guillaume Dasquié © TéléSphère