Biographie

Hervé Di Rosa est né à Sète en 1959. En 1978, il est reçu au concours d’entrée de l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Au début des années 80, il est l'un des artisans de la "Figuration Libre" avec François Boisrond, Rémi Blanchard et Robert Combas et fait ses premières expositions personnelles dans des galeries à Amsterdam, Dusseldorf et Paris. Il développe ses personnages qui peuplent désormais sa peinture et constitueront au fil du temps la « Diromythologie », univers complexe mêlant la bande dessinée, la culture de l’image, l’art classique et la création contemporaine. Son travail se caractérise par une dynamique du trait, des couleurs vives, une prolifération des images et un télecopage des figures. En 1983-84, il est lauréat de la fondation Médicis et part à New York pour une année pendant laquelle il rencontre et travaille avec Keith Haring, Chuck Nanney et Kenny Scharf. A son retour en France, Di Rosa peint la « Dirosapocalypse », immense toile dans laquelle disparaissent ses personnages mythiques devenus à ses yeux trop présents. En 1987, il ouvre la boutique-galerie à Paris et à la fin des années 80, il commence à collaborer avec des artisans d’un autre continent. Chaque voyage dans un pays est l’occasion de produire des œuvres en rapport avec les cultures et modes d’expressions locaux auxquels il est très attentif. Depuis 1993, il sillonne le globe en quête de techniques artisanales méconnues ou ignorées. Après la Bulgarie, la Corse, le Ghana, il s'est installé pendant 4 ans au Mexique puis pendant 5 ans aux Etats-Unis, à Miami. En 2007, il est de retour à Paris et quitte son atelier de Barbès, en 2009 pour Séville, en Espagne. Dans chaque lieu, le principe est le même, Di Rosa s'imprègne de l'artisanat local. Toutes ses oeuvres appartiennent à la famille de ce qu'il nomme l'art modeste. Il définit cet art modeste par la formule suivante: "kitsch - cynisme", un cousin de l'art populaire, de l'art brut et de l'art primitif. Pour lui, l'art modeste "n'est pas un concept, c'est une notion qui consiste à regarder autrement ce qui nous entoure". En 2000, il fonde, à Sète, le MIAM, le Musée International des Arts Modestes, en collaboration avec Bernard Belluc, artiste-collectionneur.

actualités sur Hervé Di Rosa