Biographie

Jean-Gabriel Chelala est un enfant de la guerre. Né au Liban, il vit ses premières années au cœur des conflits armés de Beyrouth. En 1990, il quitte sa terre natale avec ses parents pour rejoindre la France, sa nouvelle patrie d’adoption. Traversant par la route une Bulgarie et une Yougoslavie sortant à peine du communisme, il découvre un autre monde. Rêvant de la France comme d’une terre d’espoir, ils roulent sur plus de 5.000 kilomètres à bord d’une vieille Citroën DS pour débarquer – ça ne s’invente pas – le 14 juillet 1990 à Nice.

Jean-Gabriel a 10 ans, mais déjà, l’aventure et la survie ont baigné sa plus tendre enfance.

Une adolescence passée au sein des Scouts de France lui permet de découvrir ses premiers projets d’aventure. Il se passionne rapidement pour la montagne et plus particulièrement la haute montagne. En 2002, il crée une association et se lance le défi de porter un groupe de 6 personnes au sommet de l’Europe, le Mont Blanc. Il n’a encore que très peu d’expérience de la haute montagne, mais il possède un atout majeur, il connaît ses propres limites.

Bien décidé à relever de nouveaux défis et à partager de nouvelles aventures, il se lance en 2003 dans un projet pédagogique partagé avec les jeunes générations autour de la montagne, de la nature et de la survie en haute altitude. Il décide de réaliser en solitaire l’ascension du sommet de l’hémisphère sud, l’Aconcagua, culminant à près de 6.962 mètres. Durant plus de 2 semaines d’effort, après un mal aigu des montagnes, par des vents violents et des températures extrêmes de – 30°C, il est contraint de faire demi-tour à 6.500 mètres pour cause de gelure au pied. Il n’atteint pas le sommet, mais cette expédition lui montre ses nouvelles limites et lui apprend un peu plus sur lui-même. Un échec qu’il considère comme une réussite notamment lorsque quelques années plus tard, sa capacité à se mettre des limites lui sauvera la vie en mer de Béring.

En 2004, c’est un projet totalement différent. Il décide de découvrir et faire découvrir les différents types d’habitat, mais surtout faire découvrir quelle relation nous lie à notre maison, quel que soit notre climat, notre culture ou notre richesse. L’expédition 6 Climats 6 Habitats l’emmène à travers 4 continents. Rencontrant plus de 20 peuples, vivant et habitant avec les autochtones sur toute sa route, il rapporte avec lui des tranches de vie uniques, partagées auprès de personnes de tout horizon et de toute culture.

De 2004 à 2007, il poursuit ses aventures en haute montagne en Afrique, Himalaya et en Europe.

En 2008, Jean-Gabriel se lance dans un nouveau défi : l’expédition 48° Nord, le premier tour du monde à la force humaine. Il s’agit de montrer que l’énergie humaine est notre première source d’énergie et que nous possédons en nous la force et les idées pour aller aussi loin que nous voulons. Faire un tour du monde sans émettre le moindre gramme de CO2, une nouvelle aventure pour faire découvrir les merveilles de notre planète.

Tout comme ses premières expéditions en haute montagne, il se lance en mars 2008 pour une traversée de l’Atlantique à bord d’un pédalo avec très peu d’expérience de la mer et encore moins de la haute mer. 4 mois plus tard, il débarque sur le quai de Miami après 5.000 milles nautiques, 2 records du monde et des rencontres extraordinaires tout au long de son parcours.

En juillet 2009, il frôle la mort au milieu de la mer de Béring, pris sur son kayak par une violente tempête. Après 36 heures de survie, enfermé dans son kayak, il est secouru par les gardes côtes américains. Mais bien décidé à poursuivre coute que coute sa quête, il termine son tour du monde et foule à nouveau le sol parisien le 12 décembre 2009 sur son vélo bouclant ainsi sa plus grande aventure après 17 mois d’expédition, 347 jours d’effort et plus de 33.000 kilomètres à sa seule force humaine.

Devenu membre de la Société des Explorateurs Français, Jean-Gabriel conserve une passion intacte pour l’aventure, la découverte et la nature.

actualités sur Jean-Gabriel Chelala