Biographie

Né le 16 octobre 1943 à Marengo (Algérie), Jean-Luc Gréau étudiant devient dans les années 1968, président de la Fédération nationale des étudiants de France, FNEF, qui est issue en 1962, de la scission de l'UNEF. La FNEF, que l'on peut qualifier de droite, soutient alors l'Algérie française et, lors de la crise de 1968, se range du côté du pouvoir contre les "révolutionnaires". Après ses études, Jean-Luc Gréau est embauché par le MEDEF.

Il est un des très rares économistes à avoir prévu, dès 2005, dans L'avenir du capitalisme , la crise du crédit qui s'est déclenché aux États-Unis, à l'été 2007.

Dans ce même livre et, de nouveau dans La trahison des économistes , il remet en cause un certain nombre d'idées courantes concernant la mondialisation, réfutant notamment que la perte des emplois industriels puisse être compensée par les nouveaux emplois créés dans les services et d'une manière générale la théorie des avantages comparatifs. Jean-Luc Gréau prone une indépendance alimentaire et énergétique pour l'Europe et appelle à l'instauration d'un protectionnisme aux frontières de l'Europe, dont il affirme qu'il autoriserait une revalorisation du travail et donc un redéploiement de la demande intérieure.

L'un de ses atouts est de proposer de nombreux exemples issus de la réalité industrielle et financière, tout en soulevant des problèmes qui ont trait à la théorie économique.

Il est très fréquemment interrogé au sujet des divers développements de la crise.