Biographie

Jean Racine est né le 22 Décembre 1639 à la Ferté-Millon (Picardie), dans une famille de la petite bourgeoisie. Orphelin très jeune, il est élevé par sa grand-mère paternelle, Marie des Moulins, qui place l’enfant aux Petites-Ecoles du monastère de Port-Royal. Dans ce foyer janséniste, « lieu d’innovations en matière pédagogique », où l’on associe étude religieuse et étude profane, Racine acquiert une excellente culture classique, avant de poursuivre sa scolarité au collège de Beauvais (rhétorique) dès 1653 et au collège d’Harcourt en 1658 (actuel lycée Saint-Louis).

Jeune homme ambitieux, Racine compose ses premiers vers en 1659, se lie d’amitié avec La Fontaine, Boileau, Perrault, et se fait remarquer pour un poème de circonstance écrit à l’occasion du mariage du roi Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche. Une ode intitulée La Nymphe de la Seine à la Reine , qui lui apporte le succès et l’estime de la cour. Racine poursuit alors ses éloges littéraires à l’adresse du Roi de France et compose deux nouvelles odes en 1663 (dont Ode à la convalescence du Roi ) qui lui permettent de s’introduire officiellement à la cour.

Admis au cérémonial du lever du roi, il rencontre Molière et écrit sa première véritable tragédie La Thébaïde, inspirée par l’Antigone de Sophocle, qui sera jouée par la troupe du Palais Royal. Le 4 décembre 1665, Racine assiste à la représentation de sa nouvelle pièce, Alexandre le Grand, une tragédie dans laquelle le roi Louis XIV est comparé au conquérant. Cette pièce, interprétée par les comédiens de l’Hôtel de Bourgogne est un nouveau succès pour le jeune dramaturge-courtisan. Tout en prenant ses distances avec Molière ainsi qu’avec les port-royalistes, Racine s’inspire des auteurs classiques et multiplie les succès, en alternant tragédies romaines ou mythologiques. En état de grâce auprès de la cour, il bénéficie des protections successives d’Henriette d’Angleterre, de Colbert ou de Madame de Montespan, et écrit jusqu’en 1677 une suite de chefs-d’œuvre : Andromaque (1667), Britannicus (1669), Bérénice (1670), Bajazet (1672), Mithridate (1673), Iphigénie (1674). Il signe sa dernière tragédie en 1677, Phèdre , une pièce inspirée par le poète grec Euripide.

Au sommet de son art et de sa gloire, âgé de 37 ans, Jean Racine, pose définitivement la plume pour devenir (avec Boileau), l’historiographe officiel du roi Louis XIV. Une promotion qui lui permet d’augmenter ses revenus, de se rapprocher un peu plus de la cour et d’épouser Catherine de Romanet, avec laquelle il aura sept enfants. Bien qu’ayant mis un terme à ses activités de dramaturge, Jean Racine écrit ses deux dernières pièces, deux tragédies bibliques écrites à la demande de Madame de Maintenon pour le pensionnat de jeunes filles de Saint-Cyr : Esther (1689) et Athalie (1691). Nommé « gentilhomme ordinaire du roi » en 1690, Jean Racine consacre les dernières années de sa vie à la défense des jansénistes (il écrit un dernier manuscrit intitulé Abrégé de l’Histoire de Port-Royal , et s’éteint à l’âge de soixante-ans, le 21 avril 1699.

A sa demande, il est inhumé à Port-Royal, tout près Jean Hamon, l’un de ses anciens maîtres des Petites-Ecoles.