Biographie

Jorge Edwards Valdès est un des plus importants écrivains de langue espagnole encore en vie. Ecrivain, critique littéraire, journaliste et diplomate chilien. ( prix Cervantes pour l’ensemble de son œuvre en 1999 et le Prix national de littérature en 1994 ).

Etudes de droit à l’Université du Chili, puis un master en sciences politiques à l’Université de Princeton ( États-Unis). 1954, début de carrière diplomatique comme premier secrétaire à l’Ambassade du Chili à Paris. À son retour au Chili en 1967, il est nommé Chef de département de l’Europe orientale au ministère des Affaires étrangères.

En 1971, le gouvernement d’Allende l’envoie comme ambassadeur à Cuba mais, à cause de ses divergences avec Fidel Castro, il est vite renvoyé. Pablo Neruda l’appelle auprès de lui à l’Ambassade du Chili à Paris où il occupe à nouveau le poste de Premier secrétaire. Après le coup d’État de Pinochet en 1973, Jorge Edwards Valdès se voit forcé de quitter la carrière diplomatique et doit s’exiler en Espagne, à Barcelone, où il travaillera aux éditions Seix Barral jusqu’à son retour au Chili en 1978.

Dans son pays, il a été l’un des fondateurs et plus tard le président de la Commission de Défense de Liberté d’Expression. Après le retour à la démocratie, le président Eduardo Frei Ruiz-Tagle l’a nommé ambassadeur du Chili auprès de l’Unesco (1994-96).

En 2010, il est nommé Ambassadeur à Paris par Sebastian Piñera, candidat qu’il a soutenu lors de la campagne présidentielle.

Jorge Edwards Valdès est membre de l’Académie Chilienne de la Langue et exerce une importante activité journalistique. Il publie régulièrement des articles dans les journaux La Nación de Buenos Aires, El País, Le Monde, le Corriere della Sera. Il tient également une chronique d’opinion tous les vendredis dans le journal La Segunda au Chili.

Ouvrages traduits en français :

  • Persona non grata, Plon (1976)

  • Le poids de la nuit, Albin Michel, (1998)

  • Le musée de cire, Albin Michel, (2000)

  • L’origine du monde, Les Allusifs, (2002)

  • Le bon à rien de la famille, Le Serpent à Plumes, (2007)

( photo © CC Rodrigo Fernandez 2012 )

( mise à jour du 01/10/2013 )