Biographie

De par ses origines, son parcours et son œuvre, Kenizé Mourad incarne la richesse et la diversité de l’Orient. Fille d’une princesse ottomane et d’un rajah indien, elle a raconté l’histoire de sa famille dans son premier roman De la part de la princesse morte (Robert Laffont, 1987), puis dans Les Jardins de Badalpour (Fayard, 1998). Journaliste, correspondante de guerre au Bengladesh, en Ethiopie et au Liban, reporter spécialiste du Moyen-Orient et du sous-continent indien pendant près de quinze ans, elle s’est inspirée du conflit israélo-palestinien pour écrire Le Parfum de notre terre (Robert Laffont, 2003). Les romans de Kenizé Mourad sont de véritables succès internationaux, à l’image de son premier livre, traduit en plus de 30 langues. On y retrouve, à travers une plume poétique et sensible, mais également haletante et énergique, des destins hors du commun face à des choix décisifs. Des caractéristiques qui traversent l’oeuvre de cette auteure qui aime à se plonger dans l’étude de ses racines et à révéler les luttes pour l’indépendance. Son dernier roman, Dans la ville d’or et d’argent en est une belle illustration ; il met en exergue le combat d’une femme pour l’indépendance au sein d’une cité à l’apogée de son rayonnement culturel et intellectuel, Lucknow - capitale de l’Awadh, province du Nord-Ouest de l’Inde - et peint avec précision la révolte des Cipayes, première révolte nationale contre l’occupant britannique.