Biographie

Commencons par rétablir une vérité : LE LARRON n'est pas un chanteur. Un musicien, d'accord. Multi-instrumentiste autodidacte, il gagne sa vie en accompagnant des interprètes (Ridan ou Jane Birkin), en remixant des rappeurs (Rohff et Blak Twang) et en jouant beaucoup en studio et sur scène aux côtés d'artistes plus ou moins connus, de cafés-concerts en Olympia, de scènes de grands festivals en caves humides et bruyantes.. Un auteur, c'est certain. Compositeur aussi. Mais toujours pour les autres. D'Espoirs de la Chanson en Rappeurs de bons sentiments. Il a aussi monté un studio et produit des réclames. Il paraît même qu'il aurait fait une musique pour une boisson qui fait Pschitt. Mais chuuuuttt. Non LE LARRON n'a jamais voulu faire chanteur. Mais à écrire des trucs trops personnels, trop crus, trop cons ou trop absurdes, on court le risque de ne trouver personne pour les chanter. Et si de dépit on décide de les enregistrer vite fait pour faire plaisir à sa mère, on n'est plus à l'abri de rien. C'est ce qui s'est passé en 2008. Quelques chansons enregistrées rapidement avec la complicité de Jérôme Poulouin (réalisateur des premiers albums de BABX et L), sont tombées dans l'oreille d'un distributeur passionné qui a souhaité les commercialiser. Et voilà comment on se retrouve avec un disque dans les bacs, sans avoir jamais pris le micro. Alors il a fallu s'y mettre, un peu par jeu, un peu par défi. Endosser ce surnom du LARRON, créer un semblant de Label, rappeler des copains, répéter, et caler une première date sur l'estrade d'un café parisien. Quel pied ! Quelle révélation ! Une autre date a suivi, puis une troisième, un bon bouche à oreille, des premières parties, un buzz qui se répend, une bonne presse, et finalement 2 ans et demi d'une tournée aussi magnifique qu'imprévue au cours de laquelle Le Larron a partagé la scène avec Jacques Higelin, la Maison Tellier ou Les Têtes Raides, a joué dans les plus beaux festivals de France et a reçu de nombreuses récompenses (prix Sacem, prix J. Brel, sélection Académie Charles Cros, Prix France Bleu, etc...). En 2011, un peu dépassé par tous ces événements, LE LARRON a rejoint l'écurie de spectacles de ZAMORA PRODUCTIONS (Aaron, L, Clarika, etc...). Et ce qui n'était qu'une récréation, est par mégarde devenu un projet presque sérieux. Entre temps l'envie était montée de faire un vrai disque, un disque fait exprès, un projet mûri qui oserait prendre son temps. Conserver le ton et la patte des premiers titres, mais développer la musique et le son, toutes ces choses que Le Larron fait pour d'autres depuis tant d'années et que la spontanéité du premier disque n'avait pas permis. Il s'est alors enfermé pendant six mois dans son studio, composant, arrangeant et enregistrant presque tout, jusqu'à obtenir le son exact qu'il avait en tête. Les bandes ont ensuite été confiées pour mixage à Hubert Salou, ingénieur du son auréolé d'un Grammy Award aux côtés d'Alpha Blondy et collaborateur attitré du couple Souchon-Voulzy Alors bon, Le Larron n'est peut-être toujours pas un chanteur, mais pour la première fois, c'est fait exprès !

Source : www;lelarron.blogspot.fr