Biographie

Leïla Martial est née en 1984 dans l'Ariège dans une famille de musiciens, un père hautboïste classique et professeur de solfège, une mère chanteuse lyrique dans les choeurs.

A 5 ans elle joue du piano avec un professeur qui fait de la variété jazzy et à 10 ans elle intégre le collège de jazz de Marciac. Elle flashe sur le gospel, les traditions tziganes, hongroises, roumaines, la musique qui pleure, qui vit, qui accélère, s'emballe, qui mène à une sorte de transe et elle a la passion du théâtre. Ayant du mal à choisir, elle s'oriente tout d'abord vers le conservatoire d'art dramatique de Castres mais la passion du jazz transmis par le saxophoniste Emile Parisien est la plus forte, à 17 ans elle entre au conservatoire de musique de Toulouse pour trois ans d’études couronnées d’un prix, bientôt suivies d’un semestre au conservatoire de San Sebastian. Les bases sont acquisesainsi que le répertoire.

Elle apprend à connaitre sa voix grâce à Michelle Zini qui lui apprend à gérer son souffle, à poser et projeter le son. Ce qui en découle sera apprécié par les professionnels : le très rigoureux jury du Concours national de jazz de la Défense lui décerne en 2009 le premier prix de soliste, récompensant pour la première fois de son histoire une chanteuse.

Leïla se lance sur scène, en duo (avec un guitariste, un accordéoniste), en grand orchestre. Elle aime avant tout improviser, commence à forger son propre langage sur base d’onomatopées. Elle entend Médéric Collignon et c'est une révélation.

En 2007, elle forme son quartet avec Eric Perez, “mon alter ego ” (batterie, sampling, voix), Jean-Christophe Jacques (saxophones ténor et soprano), Laurent Chavoit (basse). Un groupe qui obtient son visa de renommée nationale en décrochant deux ans plus tard le 3ème prix du Concours de la Défense.

Fascinée par les langues, refusant les classifications, Leïla entend être une chanteuse tout terrain . Ses inspirations, elle les puise dans la musique tzigane, le classique, le contemporain (Steve Reich, Arvo Part), le jazz bien sûr avec un faible pour Betty Carter, Abbey Lincoln, Eric Dolphy, Médéric Collignon mais aussi la chanson (Barbara, les Beatles, Simon & Garfunkel).

Discographie :

  • 2012 : Dance floor

Photo © : Out Note Records

Biographie de la documentation de Radio France août 2012