Biographie

Louis-Georges Tin (né en 1974 en Martinique) est un militant français impliqué dans la lutte contre l'homophobie et le racisme. Ancien élève de l'École normale supérieure, il est agrégé et docteur ès lettres.

En 1997, Louis-Georges Tin cofonde une association étudiante à l'École normale supérieure, « Homonormalités ».

En 2004, il fonde une nouvelle association loi 1901 « An Nou Allé » qui veut dire « allons-y », en créole, pour regrouper des Noirs homosexuels.

En 2005, une autre de ses associations, le Comité IDAHO, dont il est le président, lance la journée mondiale de lutte contre l'homophobie. Cette Journée est célébrée de fait dans plus de 70 pays à travers le monde. Elle est reconnue officiellement par le Parlement européen et par d’autres pays dans le monde entier.

En 2006, il lance un appel « Pour une dépénalisation universelle de l’homosexualité ».

Le texte recueille les signatures de plusieurs prix Nobel (Desmond Tutu, Elfriede Jelinek, Dario Fo, Amartya Sen, José Saramago), et d'autres personnalités du monde des arts, du monde intellectuel ou de la politique.

Le 18 décembre 2008, une campagne du Comité IDAHO aboutit à une déclaration à l'Assemblée générale des Nations unies sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre visant à la dépénalisation de l'homosexualité. Cette même année, il publie, dans la collection dont il est lui-même directeur, un ouvrage intitulé L'invention de la culture hétérosexuelle . Comme il l'affirme lui-même, il désire faire sortir l'hétérosexualité de l'« ordre de la Nature » pour la faire entrer dans l'« ordre du Temps », c'est-à-dire dans l'Histoire. Ce livre entend démontrer comme la culture hétérosexuelle s'est construite socialement à partir du XIIe siècle dans l'Occident chrétien.

En 2009, en tant que président du Comité IDAHO, il lance une campagne contre la « transphobie », avec un appel signé par plus de 300 ONG issues de 75 pays à travers le monde. Texte signé aussi par 3 prix Nobel, Elfriede Jelinek, Luc Montagnier, Françoise Barré-Sinoussi. À la veille de la Journée contre l'homophobie et la transphobie, Roselyne Bachelot annonce que le « transsexualisme » sera retiré de la liste des maladies mentales, la France devenant le premier pays à agir en ce sens.

actualités sur Louis-Georges Tin