Biographie

Lauréate du prix de la meilleure soliste de la commune de Bamako lors de la Biennale artistique de 1982, elle intègre l'Orchestre du District de Bamako puis le Badema National[1]. Repérée par le célèbre chanteur malien Salif Keïta, celui-ci l'engage comme choriste et l'emmène en France en 1987 afin qu'elle l'accompagne sur ses concerts. S'en suit alors plusieurs collaborations avec divers musiciens : Hank Jones, Cheick Tidiane Seck, Dee Dee Bridgewater, etc[2].De sa rencontre avec le musicien rock Marc Minelli naît Electro Bamako (2002, Universal Jazz), album mélangeant jazz, électro et mandingue. En 2006, Mamani Keita sort son second album, Yelema, composé avec l'arrangeur Nicolas Repac. Ce disque est son premier sur le label No Format!.

Quelques années plus tard, elle réitère sa collaboration avec Nicolas Repac et sort un nouvel album, Gagner l'Argent Français (2011, No Format!)(source : WIkipédia)