Biographie

Après ses classes préparatoires, Michel LE VAN QUYEN a intégré en 1987 Sup Télécom Bretagne et était voué à travailler en tant qu’’ingénieur dans l'industrie. Néanmoins, il a vite compris que c'était la science qu’il aimait et il a donc décidé de faire un doctorat dans le domaine des neurosciences. Il existe aujourd'hui peu de passerelles entre les filières, et il a eu la chance de rencontrer Francisco Varela, un neurobiologiste, hors des sentiers battus, qui a accepté de diriger sa thèse et qui a pris le temps de me former à la neurobiologie. Selon Varela, les outils mathématiques sont essentiels pour mieux comprendre le cerveau qui a une dynamique très complexe, chaotique (impliquant a fortiori l’impossibilité de prévoir leur évolution sur un long terme). Suivant cette idée, Michel LE VAN QUYEN a développé des méthodes mathématiques pour rendre intelligible cette irrégularité et qui permettent l’identification de certaines lois cachées, en particulier dans le domaine de l’épilepsie. Après un post-doc en Allemagne (Forschungzentrum de Jülich), Michel LE VAN QUYEN a obtenu plusieurs financements qui l'ont permis de revenir en France et, en 2000, il a intégré l’INSERM à l’hôpital de la Salpêtrière. Actuellement, ses recherches continuent à s’intéresser à la modélisation et aux analyses mathématiques des activités du cerveau. Tout particulièrement, il étudie le neuro-feedback, dispositif permettant à un individu d’avoir une représentation de l’activité de son propre cerveau en temps réel sur un écran d’ordinateur. Ceci permet d’étudier l’effet causal de la conscience sur des activités neuronales. En 2010, Michel LE VAN QUYEN a rejoint le nouvel Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) dans la Salpêtrière où il dirige un groupe de recherche.

__

actualités sur Michel Le Van Quyen