Biographie

Né en 1972 à Meulan, dans les Yvelines, il a passé son enfance au Cameroun et au Liban. De retour en France, il suit des études de lettres à la Sorbonne et consacre son mémoire de DEA à l’écrivain égyptien George Henein. Il passe deux ans en coopération en Indonésie, revient à Paris où il occupe des petits boulots : agent d'accueil en bibliothèque, lecteur chez Gallimard, pigiste pour Nova Magazine . De 2002 à 2006, il dirige l’alliance Française de Diégo-Suarez, à Madagascar.

C’est en 1987 qu’il commence à écrire, des textes de quelques lignes, noircissant sans relâche les mêmes carnets. Il lui faudra dix ans - et l'achèvement de son travail sur Georges Henein - pour se lancer à l’âge de 25 ans. « J'ai eu la chance d'avoir du succès assez tôt », avance-t-il, en insistant sur les « grands méconnus » bien meilleurs que lui et qui n'en ont pas eu autant...

Du succès d’estime de son premier roman, Le Tour du propriétaire (2000) au succès public de J’étais derrière toi , carton éditorial de 2006 (75.000 exemplaires) et (240.000) en Folio, Nicolas Fargues n'a jamais cédé à la facilité du roman à thèse. J'étais derrière toi , largement autobiographique, lui vaut sa réputation –méritée– d’œil impitoyable, sensible à l’époque, capable de transmettre dans la langue même les couleurs, les pulsations, le verbe du monde contemporain. Sans craindre de poser son regard précisément là où on évite de s’attarder. Il dit prendre de plus en plus de plaisir à écrire, parce qu'il a fini par accepter d'être un romancier. « J'ai longtemps nourri une culpabilité à l'idée de ne faire de ma vie que cela : écrire. Aujourd'hui, je fais ce que j'aime par-dessus tout. ». Tous ses romans sont publiés chez P.O.L.

Son livre Tu verras (2011) a reçu le 6e Prix du livre France Culture-Télérama. A travers la confession d’un père endeuillé, Nicolas Fargues compose un roman d’amour et de filiation pour exorciser ses propres peurs. «Mon père me criait de remonter mon jean au dessus de mes fesses, de cesser d’écouter des chansons vulgaires sur mon Ipod, de rapprocher mes coudes à table et de ne pas faire la tête à chaque fois qu’il voulait m’emmener au Musée." Il ajoutait toujours: “Plus tard, tu comprendras que c’est pour ton bien que je te disais ça, tu verras.”...

Bibliographie

  • La Ligne de courtoisie (2012)
  • Tu verras (2011)
  • Le Roman de l'été (2009)
  • Beau rôle (2008)
  • J'étais derrière toi (2006)
  • Rade Terminus (2004)
  • One Man Show (2002)
  • Demain si vous le voulez bien (2001)
  • Le Tour du propriétaire (2000)

Biographie de la Documentation de Radio France, mise à jour le 05.01.2012

actualités sur Nicolas Fargues