Biographie

Noël Mamère est né le 25 décembre 1948 à Libourne en Gironde. Marié à Françoise Pichon, maître de conférence à l’Université de Paris-Sorbonne, le 2 mai 1981 naît leur fils Adrien, aujourd’hui avocat au barreau de Paris.

Ancien journaliste, il est maire de la commune de Bègles depuis 1989 et député de la troisième circonscription de Gironde (regroupant les communes de Bègles, Talence, Villenave-d’Ornon et les quartiers du sud de Bordeaux) depuis 1997. Ecologiste convaincu, il se réclame héritier de la pensée de Jacques Ellul, qu’il a pour enseignant durant ses études de droit et de Bernard Charbonneau, avec lequel il accomplit ses premiers pas d’écologiste au début des années 1970. Il est auteur d’éditoriaux réguliers publiés sur les sites de Médiapart et Reporterre.

Il est élu maire de Bègles en 1989 à la tête d’une liste « majorité présidentielle ». En 1990, il crée avec Brice Lalonde le parti Génération Ecologie. Il en devient le vice-président et porte-parole national deux ans plus tard. En 1994, il quitte Génération écologie, à la suite du virage centriste de ce parti entamé sous l’impulsion de Brice Lalonde. Il fonde alors le parti Convergence Ecologie Solidarité dont il sera le président jusqu’en 1997. Il souhaite ainsi créer un véritable courant écologiste de gauche. En 1998, il adhère, avec l’ensemble de son mouvement, au parti écologiste Les Verts. Il est candidat à l’élection présidentielle de 2002 sous la bannière des Verts et obtient un score de 5,25 % des voix au premier tour, meilleur score réalisé par un candidat écologiste à une élection présidentielle.

Avocat au barreau de Paris de 2008 à 2011, il défend gracieusement des causes pour lesquelles il est engagé politiquement (faucheurs volontaires, Olivier Besancenot dans son procès face au Taser, à titre d’exemples). Il demande son omission du barreau en 2011, n’ayant pas le temps d’instruire d’autres dossiers.

Il se positionne dès ses débuts de militant écologiste contre « la religion de l’automobile » et la surmédiatisation d’événements tels que la Formule 1 ou le Paris-Dakar.

En juillet 2004, il participe au fauchage de maïs OGM aux côtés de faucheurs volontaires, dont José Bové. Il est alors condamné à trois mois de prison avec sursis et à 100 000 euros de dommages et intérêts.

En 2009, il adhère au parti Europe Ecologie – Les Verts.

Le 2 décembre 2009, il soutient ouvertement l’action de Greenpeace en applaudissant lorsque des membres de l’association envahissent l’hémicycle de l’Assemblée Nationale le jour du débat sur l’avenir climatique (organisé en amont de la conférence de Copenhague sur le climat) et en se laissant photographier le matin même avec des militants derrière une banderole « aux actes monsieur le président ». Cette prise de position lui vaut le retrait d’un tiers de son indemnité de député durant un mois.

S’il quitte EELV en septembre 2013, il reste écologiste avant tout.

Le 13 octobre 2015, Noël Mamère intervient au sein de l’hémicycle de l’Assemblée nationale dans le cadre d’une question à la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur le procès intenté à l’écrivain italien et militant écologiste Erri De Luca, à la suite d’une plainte déposée par la société publique Lyon-Turin Ferroviaire pour incitation au sabotage. Erri De Luca avait déclaré au Huffington Post en 2013 que les « sabotages sont nécessaires pour faire comprendre que le TGV est une oeuvre nuisible et inutile ». Noël Mamère qualifie le procès d’absurde, le projet étant « inutile et imposé » et suscitant, « du côté italien comme du côté français, de fortes résistances », le projet prévoyant notamment le percement d’un tunnel de 57 kilomètres. Il demande alors au gouvernement français d’intervenir auprès de ladite société publique, afin qu’elle retire sa plainte. Erri De Luca est finalement relaxé le 19 octobre par le Tribunal de Turin.

Son dernier ouvrage, co-écrit avec Patrick Farbiaz paru en septembre 2015 Changeons le système, pas le climat. Manifeste pour un autre monde (Flammarion) est un appel à la mobilisation et à une prise de conscience face aux changements climatiques.

Biographie de la Documentation de Radio France - Janvier 2016

Crédits photo © CC Jastrow

actualités sur Noël Mamère