Biographie

Le 3 juin dernier, elle faisait sa dixième apparition sur scène, au Café de la Danse en première partie de Dark Dark Dark. En quelques mois, cette jeune fille au nom énigmatique s'est frayée un chemin vers les oreilles des professionnels "toute catégorie confondue" ( médias, éditeurs, programmateurs...) et de ce public découvreur de talents qui passe de l'International à La loge, de la Flèche d'or au China en tweetant sur ses coups de coeur.

Owlle est autodidacte. Ses premières compositions, elle les façonne à la guitare mais très vite les machines prennent le relai. C'est tout naturel pour celle qui a grandi au son du trip hop et de l'électro des années 90, et qui s'est émue sans retenue devant une installation de Brian Eno lors d'une biennale d'art contemporain. Elle veut expérimenter, apprendre, être autonome et chercher les sons qui vont porter ses émotions. Epaulée par son entourage en la personne du duo déjanté "Twin twin" - elle se jette à l'eau et décide de se produire seule en scène avec son Omnichord - drôle d'instrument du début des années 80 - qu'elle manie avec grâce et précision. Toujours en mouvement, en quête de préciser sa couleur - entre bleu nuit et pourpre argenté - elle se met à travailler avec un multi-instrumentiste (synthés/clavier, batterie, guitare).

Sans filet, Owlle fascine par ses mélodies aériennes et sa voix hors du commun, chaleureuse et lumineuse. Magnétique.

actualités sur Owlle