Biographie

Pierre Bouteiller est né le 22 décembre 1934 à Angers. Il change de ville tous tous les trois ans dans sa jeunesse, car son père fait carrière à la Banque de France et la famille le suit partout dans son périple : Rennes, Le Havre, Marseille, Sedan, Limoges... Pierre Bouteiller et son frère, grands auditeurs de la radio, deviennent des passionnés de musique et pratiquent tous les deux le piano. Mais Pierre Bouteiller trouve le solfège "assommant" et choisit d'être un pianiste dilettante.

Venu sur Paris, il entreprend des études de psychologie à la Sorbonne. Avec un petit groupe d'amis, il écoute assidûment l'émission d'Europe 1 "Pour ceux qui aiment le jazz". Il répond à une petite annonce de la station et présente sa candidature pour un concours, la Coupe des reporters : il est nommé vainqueur ex æquo avec Philippe Labro en 1958. Tous deux gagnent le droit d'être stagiaires au "journal parlé". A l'époque, la rédaction d'Europe 1 est dirigée par Maurice Siégel et Jean Gorini. Pierre Bouteiller a pour collègues Jacques Paoli, Julien Besançon, Georges Fillioud, Guy Claisse et André Harris. Petit à petit, il devient spécialiste des sujets culturels. En 1968, il passe du statut de journaliste à celui de "saltimbanque" en animant une émission culturelle quotidienne : "Je sors pour vous". Mais il est renvoyé après avoir diffusé un gag avec la voix d'Henri Tisot imitant le général de Gaulle.

Roland Dhordain l'embauche derechef à France Inter en octobre 1969. Il y présente plusieurs émissions quotidiennes : "Embouteillage", "Le magazine de Pierre Bouteiller", "Au bénéfice du doute", "Comme de bien entendu". Pierre Bouteiller a pour chroniqueurs Bernard Deutsch, Philippe Caloni, Philippe Couderc, Philippe Aubert. Son équipe repère les nouveaux talents de la scène artistique des années 1970. De 1981 à 1982, il part à la télévision où il est nommé directeur des variétés de TF1. De retour à la radio en 1982, il présente sur France Inter, "Le Masque et la Plume", et succède ainsi à François-Régis Bastide. Il met au service du Masque sa voix chaude et caressante, légèrement désinvolte, son humour, sa liberté de ton et sa grande culture musicale.

En 1989, il laisse les rênes du "Masque et la plume" à Jérôme Garcin. On est sous le mandat du PDG de Radio France Jean Maheu ; il devient directeur des programmes de France Inter (jusqu'en 1994). A la tête d'Inter, on lui doit notamment le retour de Bernard Lenoir sur la chaîne. Pierre Bouteiller donne sa chance à Laurent Ruquier qui crée "Rien à cirer". C'est aussi l'époque de "Synergie" de Jean-Luc Hees, de la "chouette bande" de Gérard Lefort avec l'émission : "Passées les bornes, il n'y a plus de limite".

En 1995, changement de direction à Radio France : Michel Boyon devient PDG. Pierre Bouteiller quitte la direction des programmes et revient à l'antenne ; il anime un nouveau magazine culturel en matinée sur France Inter : "Quoi qu'il en soit". En 1999, nouveau changement à Radio France : le CSA élit Jean-Marie Cavada à la présidence de la radio. Cavada nomme Pierre Bouteiller à la direction de France MusiqueS. C'est Pierre Bouteiller qui ajoute un S au nom de la station. Il réorganise l'antenne et y reste jusqu'en 2004.

Depuis, il est retourné à sa passion qu’est le jazz. Sur l'antenne de TSF Jazz, il présente l'émission : "Si bémol et fadaises".

  • Extrait du premier éditorial de Pierre Bouteiller sur France Inter, le 06/10/1989, pour l'émission "Embouteillage" (in "Radioactif", p. 49) :

"Permettez-moi de faire les présentations. Je sais bien, tout le monde sait que le "moi" est haïssable et, comme le disait Alfred de Vigny - oui, déjà les citations ! -, le mot de la langue française le plus difficile à prononcer et à placer, probablement, c'est "moi". Mais enfin, pour ce premier rendez-vous que nous avons ensemble aujourd'hui sur les antennes de France Inter, il est de la plus élémentaire courtoisie vis-à-vis de vous de me présenter puisque vous ne me connaissez pas encore. Je glisse donc ma carte de visite sonore dans votre transistor : je m'appelle Pierre Bouteiller ; profession : journaliste ; signe particulier : seul Français sur 50 0000 000 à ne pas avoir lu "Papillon" (...) Y aura-t-il une formule à cette émission ? Oui : celle de ne pas en avoir. Il n'y aura aucune limite aux sujets que nous aborderons. J'essaierai de vous tenir au courant de tout ce qui se dit, ce qui se fait, de ce qui ne se fait pas, de ce qui va se faire, de ce qu'on lit, ce qu'on raconte, ce qu'on chuchote, de ce qu'on voit : livres, films, disques, pièces, nouvelles boîtes, nouveaux restaurants, gadgets, foucades, modes et engouements. Nous nous intéresserons à tout ce qui est sorties, loisirs, à la distraction, à l'art de vivre, autrement dit à tout ce qui rend la vie à peu près supportable, bref à tout ce superflu qui nous est si nécessaire (...)

Réécouter l'Humeur vagabonde du 23 mai 2006, au cours de laquelle, il nous raconte ses souvenirs heureux de sa longue histoire d'amour avec la radio :

Bibliographie :

  • Radioactif" , Editions Robert Laffont, 2006
  • Biographie de la documentation de Radio France, 03/2014

actualités sur Pierre Bouteiller