Biographie

Après des études secondaires, Pierre Philippe débute par la peinture et la décoration de théâtre (de 1948 à 1958), puis devient journaliste de cinéma : il collabore dès 1956 à la revue Cinéma. Spécialiste et amoureux du cinéma, il réalise, en plus de quelques courts métrages (dont La bonne dame en 1966, un long métrage en 1969, Midi-Minuit , avec comme objectif celui de brouiller les pistes traditionnelles du cinéma fantastique.

Durant les années 1970, il travaille pour la télévision (émissions théâtrales ou culturelles, notamment avec Hélène Martin, et une importante participation à Dim Dam Dom de Daisy de Galard). En 1977, il débute une longue collaboration avec la Cinémathèque Gaumont. Il produit et réalise Le Grand Album et Cinémalices pour Antenne 2, ainsi qu'une douzaine de magazines que dirige Daisy de Galard, dont le premier est Il y a 60 ans, Judex... . Il réalise la série Nos Ancêtres les Français avec Pierre Miquel. En 1984, il réalise le long métrage documentaire Angkor, la gloire et l'oubli .

Il écrit de nombreux scénarios et dialogues (pour Pierre Kalfon, Jean-Marie Périer, Jean-Claude Brialy, Carlos Diegues, Jean-Michel Barjol, François Reichenbach, Roger Coggio, Daniel Schmid, etc). En 1986, il réalise un long métrage dédié au quatre-vingt dixième anniversaire de Gaumont (Mille et Une Marguerites ). Puis il réalise Bordeaux, le cinéma pour mémoire (1987), produit par Pathé, suivi de Roman, La Passion Selon Peter (1988).

Depuis 1987, il est collaborateur au catalogue général de la production Gaumont, travail mené par Raymond Chirat (restauration dans ce cadre de l'Atalante de Jean Vigo en 1990), et depuis 1989, il est chargé au sein des archives Gaumont d'une mission d'identification, de recherche et de sauvetage. En outre, il a réalisé de nombreux films de montage de documents et, depuis 1990, une nouvelle série (Notre Siècle ). Grand amoureux de music-hall, ainsi que des divas de la chanson française du début du siècle, il réalise en 1993 pour Arte le documentaire Le Roman du music-hall , utilisant alors des images oubliées des archives Gaumont. En 1999, il réalise un documentaire pour Arte sur Picasso. Entre 2002 et 2004, Pierre Philippe réalise divers documentaires pour Arte. En 2003, il publie L'air et La chanson , roman historique sur le music-hall.

Il travaille régulièrement à des documentaires tels que G comme Gaumont . Il réalise notamment des documentaires sur des personnalités du monde de la mode (Chanel), des arts (Tati), de la littérature (Cocteau, Radiguet) ou historiques (Napoléon).

En tant que parolier, il est l'auteur de textes de nombreuses chansons pour des interprètes comme Ingrid Caven, Jean Guidoni ou Juliette. Sa première collaboration avec Ingrid Caven en 1977, pour laquelle il a adapté trois textes allemands, révèle son univers à Jean Guidoni : il lui demande alors de lui écrire ses premiers textes (de 1980 à 1985), et fait ainsi son entrée dans la chanson française (4 albums : Je marche dans les villes , Crime passionnel , Le rouge et le rose et Putains ). Il écrit ensuite quelques titres pour un jeune inconnu, Gerio. Entre 1993 et 1996, Pierre Philippe travaille avec Juliette. Leur collaboration donne naissance à deux albums (Irrésistible en 1993, et Rimes féminines en 1996). En 1997, a lieu une nouvelle rencontre avec Jean Guidoni, à la Manufacture des Œillets (Ivry), avec lequel il renoue alors (Fin de Siècle créé en avril 1999). En 1999, il écrit quatre chansons pour le spectacle de René Ripert, pour le tour de chant Un Homme , ainsi que La Supplique de Tantale pour Lou Saintagne, et il collabore en tant que conseillé artistique au spectacle de Sylvie Vartan à l'Olympia (tour de siècle ). En 2000, il participe à la reprise de Crime Passionnel par Jean Guidoni au Cabaret Sauvage, et participe à son adaptation en 2001 en anglais (par Alyssa Landry) pour Jérôme Pradon (représentation à Londres et Édimbourg).

En 2004, le recueil de ses textes (Le rouge, le rose ) est enfin publié, avec des inédits.