Biographie

Pouria Amirshahi est né le 27 mars 1972 à Shemiran en Iran. En 1976, la famille fuit l'Iran pour la France. Il obtient la nationalité française en 1996. En 2000, Pouria Amirshahi commence sa carrière professionnelle comme cadre de la Fédération des mutuelles de France (FMF). Il siège également au sein du Haut Conseil de la coopération internationale. Il continue de défendre l’idée d’un statut social de la jeunesse, reprise par plusieurs acteurs sociaux. En 2004, il devient directeur de l'association 4D (Dossiers et Débats pour le Développement Durable) présidé par Michel Mousel. En 2006, reçu cadre A de la fonction publique territoriale, il est nommé responsable de la circonscription d'action sociale de la Charente limousine. Passionné de bandes dessinées, il rejoint en 2009 la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, basée à Angoulême. Il participe également à des conférences spécialisées et signe des articles dédiés comme dans le numéro spécial de la revue Dada : "La bande dessinée : un 9e art". Il est alors nommé rédacteur en chef de la revue Neuvième Art. Investi candidat du Parti socialiste pour les élections législatives de juin 2012, il quitte progressivement la Cité pour se consacrer pleinement à sa campagne électorale puis, élu député, à son mandat. C'est à l'occasion du Mouvement étudiant et lycéen de 1986 que Pouria Amirshahi noue des contacts avec des organisations et des courants de la gauche française. Il adhère au Parti socialiste en 1988 et en est membre jusqu'en 1994, date de son élection à la présidence de l'UNEF. Il participe au club « Convergences socialistes » qui regroupe notamment Jean-Christophe Cambadélis, Benjamin Stora et Philippe Darriulat. Il est cosignataire du Manifeste contre le Front National. Puis, il se rapproche de la Gauche socialiste, courant du Parti socialiste animé par Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon. Au lendemain de l'élection présidentielle de 2002, il adhère de nouveau au PS. Il est convaincu que l'élimination de Lionel Jospin dès le premier tour s’explique par deux causes principales : le virage libéral engagé en 2000 par le gouvernement et la division de la gauche qui s'en est suivie. Il participe alors à la fondation du courant Nouveau Monde d'Henri Emmanuelli et de Jean-Luc Mélenchon. Les désaccords au sein de la gauche sont de plus en plus forts et atteignent leur paroxysme en 2005, sur le débat européen. Pouria Amirshahi est l’un des porte-paroles du « non socialiste » lors du référendum sur la Constitution européenne. Au Congrès de Reims du PS de 2008, Pouria Amirshahi est membre fondateur du courant Un Monde d'Avance avec entre autres Benoît Hamon, Henri Emmanuelli. Élu premier secrétaire de la fédération PS de la Charente, il intègre la nouvelle équipe dirigeante autour de Martine Aubry en tant que secrétaire national aux droits de l'homme, à la Francophonie et au Développement. Il est un des rares socialistes, avec André Vallini, à intervenir sur l’affaire Coupat. Il est également signataire de l'Appel des appels qui appelle à une « insurrection des consciences ». Enfin, Pouria Amirshahi participe activement aux mobilisations liées à l’immigration, concernant les Roms et les étrangers en situation irrégulière tout particulièrement. À l’occasion des primaires citoyennes, il défend la candidature de Martine Aubry, dont il est un proche soutien. Il est alors chargé de « la mobilisation militante ». Après l’élection de François Hollande, il continue de réclamer une large régularisation des étrangers en situation irrégulière et une autre politique en faveur des Roms, s’opposant ainsi à la politique du ministre de l’Intérieur Manuel Valls. Le 25 novembre 2012, il est à l'initiative d'une campagne sur Twitter pour soutenir la Palestine à devenir le 194e membre des Nations unies : « Je propose aux membres de la communauté numérique de relayer cet appel » via le hashtag : #Palestine194. Au sein du Parti socialiste, il occupe les fonctions de secrétaire national aux transitions démocratiques et à la Francophonie de 2012, jusqu'au remaniement de la direction entrepris par Jean-Christophe Cambadélis. Il est élu en juin 2012 député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France (Afrique du Nord et de l'Ouest) avec 63 % des voix. En juillet 2012, il cofonde le regroupement « la Gauche durable » avec notamment Laurence Rossignol, Philippe Martin, Barbara Romagnan et Daniel Goldberg qui entend « repenser [le] modèle de croissance, remettre l’égalité des territoires au cœur de l’action publique et créer des cadres démocratiques et participatifs nouveaux ». Le 3 décembre 2013, Pouria Amirshahi est élu président du Conseil d'administration de l'Institut de relations internationales et stratégiques. Au lendemain des élections municipales, le 6 avril 2014, avec 86 autres parlementaires, il publie une tribune dans le Journal du Dimanche appelant à un nouveau contrat de majorité, qui sera appelée à devenir l' « Appel des 100 ». À l'initiative de Pouria Amirshahi et des initiateurs de l'Appel des 100 (Christian Paul, Jean-Marc Germain, Laurent Baumel...), un site internet est mis en ligne ainsi qu'une plateforme de propositions pour plus d’emplois et de justice sociale. Compte tenu de ses différentes prises de positions et de ses votes à l'Assemblée nationale, Pouria Amirshahi fait partie des députés que les médias qualifient de « frondeurs ». En juin 2014, il appelle à la fondation d'un « Mouvement commun » rassemblant hors du PS des personnes désireuses de changement social. Pouria Amirshahi est à l'initiative d'une tribune parue dans le Journal du dimanche, signée par une cinquantaine de parlementaires socialistes, frondeurs ou non, appelant le gouvernement français de soutenir le gouvernement grec d'Aléxis Tsípras. Les signataires souhaitent qu'un plan européen approuve la restructuration de la dette grecque et réoriente la politique économique et financière de l'Union européenne, qu'ils jugent trop axée sur l'austérité. En novembre 2015, il participe à la création du Mouvement commun, qui se présente comme un « lobby citoyen » regroupant des communistes, des écologistes et des socialistes opposés à la politique économique de François Hollande.

(Biographie de la Documentation de Radio France)

actualités sur Pouria Amirshahi