Biographie

Née en 1951, ancienne élève de Classe préparatoire de l’Ecole Normale de Sèvres, l’astrophysicienne Rosine Lallement enseigne durant huit ans la Physique-Chimie dans les classes de secondaire avant de se consacrer à sa passion, la recherche. Après avoir passé sa thèse d’astrophysique, elle entre en 1986 auCNRS . Chercheuse, directrice de recherches au Service d’Aéronomie, devenu LATMOS (Laboratoire Atmosphères, Milieux Observations Spatiales), elle travaille sur l’interface entre le soleil et son environnement gazeux galactique. En 2004, Rosine Lallement est l’unique femme à recevoir la médaille d’argent du CNRS . Elue membre de l’Académie des sciences des Etats-Unis, elle réalise avec des astronomes français et californiens, la cartographie en trois dimensions du morceau de galaxie dans lequel se déplace le soleil. Membre du GEPI lié à l’Observatoire de Paris , Rosine Lallement détecte en 2012 le signal de la sonde américaine Voyager 1 qui aurait franchi la frontière entre notre système solaire et le milieu interstellaire… De quoi faire rêver l’astrophysicienne : «C’est toujours intéressant d’aller voir un peu comment ça se passe dehors…Et si un jour on veut envoyer des sondes vers les étoiles, on en saura davantage sur le milieu auquel on va se frotter. ».

B iographie de la Documentation de Radio-France, **** 24/04/2014