Biographie

Très tôt, et chacun de son côté, les quatre Rovarino développent le goût du risque – musical, mais pas seulement. En conséquence, comme d’habitude dans ces cas-là, les pédiatres prescrivent l’écoute intensive du Velvet Underground, de Brian Eno et duClash , pour essayer de rattraper ce qui pouvait l’être encore.L’un d’entre eux aurait même déclaré alors : « Quand je serai grand, je serai bricolo-punky-reggae man . »

Une fois réunis à Paris, munis d’un solide bagage philosophique pour Jean (il a suivi presque trois semaines de cours dans cette filière à la fac) et de leurs premiers instruments acquis notamment en confectionnant des hamburgers (« je travaillais chez Quick, pas chez McDo, car on y servait beaucoup moins de clients pour la même paie » explique Clément ), les quatre fortes têtes deRovarino font leurs premières scènes ensemble, après avoir multiplié les prestations séparément, souvent dans des conditions improbables.

Le style de Rovarino – notamment les textes dans un français élégant – trouve son origine dans l’histoire familiale du petit-fils d’immigré italien qu’est Jean . Dotés d’un optimisme contemplatif et d’une mélancolie positiviste, les quatre Rovarino jouent les équilibristes entre fatalité et légèreté, le sourire en coin vissé aux lèvres. Emouvoir, oui, mais sans plomber l’ambiance. Leur musique, tout aussi soignée que leurs textes, convoque l’insouciance de la pop et du rock, l’immédiateté de la folk, une élégance à la française et une énergie contagieuse (notamment sur scène).

En secouant le shaker, cela donne de la chanson power-folk .

(SOURCE: Le groupe!)