Biographie

Sandrine Bonnaire est née à Gannat (Allier) le 31 mai 1967, elle a grandi à Grigny (Essonne) dans une famille nombreuse et modeste (elle a dix frères et sœurs). Elle se destine d’abord au métier de coiffeuse en préparant un CAP quand le père d’une de ses amies lui propose un rôle de figurante dans La Boum (1980) de Claude Pinoteau qui sera suivie en 1982 d’une autre figuration dans Les sous-doués en vacances de Claude Zidi.

Sa carrière au cinéma débute véritablement en 1983 : elle répond à une annonce du journal France-Soir et rencontre Maurice Pialat qui lui offre le rôle de Suzanne, l'adolescente d'A nos amours . C'est une révélation, Sandrine Bonnaire, dénuée de formation dramatique, joue totalement à l'instinct et décroche le César du meilleur jeune espoir féminin. Devenue l'actrice fétiche de Pialat, elle tourne également Police et Sous le soleil de Satan sous sa direction. Elle s'illustre dans d'autres films (Tir à vue de Marc Angelo (1984) ; Blanche et Marie de Jacques Renard (1984) ; Le meilleur de la vie de Renaud Victor (1985) avant que ne se dessine l’autre étape importante de sa carrière précoce, sa rencontre avec Agnès Varda qui lui offre le rôle difficile de Mona, la jeune vagabonde de Sans toit ni loi (1985), film pionnier conçu comme un documentaire qui traite de la condition des SDF. Elle poursuit son parcours en tournant avec de jeunes réalisateurs : Olivier Langlois pour Jaune revolver (1987), Patricia Mazuy pour Peaux de vaches (1988) et Francisca Archibugi pour Dans la soirée (1990).Elle s’illustre ensuite dans des rôles plus austères, La captive du désert de Raymond Depardon (1989), Jeanne la pucelle de Jacques Rivette (1993), La Cérémonie de Claude Chabrol. Son éclectisme lui a fait faire un détour par le théâtre dans une pièce de Berthold Brecht, La Bonne Ame du Setchouan (1990) et par la télévision où elle a interprété Une femme en blanc (1996) d'Aline Issermann. En 2006, elle réalise son premier film Elle s’appelle Sabine , documentaire consacré à sa sœur autiste qui a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et qui a obtenu le prix de la critique internationale.

En ce moment elle est à l'affiche du film de Claude Lelouch "Salaud, on t'aime" aux côtés de Johnny Hallyday et fait son grand retour au théâtre avec la pièce "Aide-mémoire" de Jean-Claude Carrière, mise en scène par Ladislas Chollat au Théâtre de l'Atelier avec pour partenaire, Pascal Greggory.

Filmographie sélective

  • 1983 A nos amours de Maurice Pialat
  • 1985 Sans toit ni loi d’Agnès Varda
  • 1986 La puritaine de Jacques Doillon; Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat
  • 1987 Quelques jours avec moi de Claude Sautet; Les innocents d’André Téchiné
  • 1988 Monsieur Hire de Patrice Leconte
  • 1989 La captive du désert de Raymond Depardon
  • 1992 Jeanne la Pucelle de Jacques Rivette
  • 1995 La Cérémonie de Claude Chabrol
  • 1997 Secret défense de Jacques Rivette
  • 1998 Est-Ouest de Régis Wargnier
  • 2000 Mademoiselle de Philippe Lioret
  • 2007 Un cœur simple de Mario Lainé
  • 2010 Bonobos d’Alain Tixier

  • 2012 Orage de Fabrice Camoin
  • 2013 Salaud, on t'aime de Claude Lelouch

Ses films en tant que réalisatrice

  • 2006 Elle s’appelle Sabine (documentaire)
  • 2012 J'enrage de son absence (fiction)

Documentaire sur Sandrine Bonnaire

  • 2012 Sandrine Bonnaire, actrice de sa vie réalisé par Juliette Cazanave

Prix

  • 1984 Meilleur espoir féminin au Césars dans le film A nos amours de Maurice Pialat__
  • 1985 Meilleure interprétation féminine au Césars dans le film Sans toit ni loi d'Agnès Varda__
  • 1986 Meilleure interprétation féminine au Awards dans le film Sans toit ni loi d'Agnès Varda****

  • 1995 Coupe Volpi à la Mostra de Venise (ex-aequo avec Isabelle Huppert) de la meilleure interprétation féminine dans le film La Cérémonie de Claude Chabrol

Photo © Georges Biard

Biographie de la Documentation de Radio France, mars 2014

actualités sur Sandrine Bonnaire