Biographie

Simon Imbert-Vier est un chercheur et universitaire. Il collabore à de nombreux colloques à l’IMAF (Institut des Mondes africains). Il s’est engagé dans deux associations afin de défendre les exclus de la société et garantir le droit au logement : la CIMADE et Un Centre Ville pour tous. En 1985-1986 il obtient sa maîtrise et son DEA à l’Université de Nice grâce à ses travaux sur Djibouti.En 2008, il soutient une thèse d’histoire " Frontières et limites à Djibouti durant la période coloniale (1884-1977) ", sous la direction de Colette Dubois à l’Université d’Aix-Marseille CEMAF. Passionné par Djibouti et l’Afrique, il publie des ouvrages et écrit de nombreux articles. Il s’intéresse aux anciens chemins de fer de la compagnie franco-éthiopienne, dont il diffusera un compte-rendu en 2007.Il collabore à des séminaires, notamment en mai 2010 à l’Université Paris 1, sur « Le Barrage de Djibouti : une frontière inutile ou innovante ».En 2014, il anime en collaboration avec Juliette Honvault, Iris Seri-Hersch un séminaire inter-laboratoires : « Circulation et empires » sur l’usage du concept de circulation, les histoires impériales de l’espace de la Méditerranée et du Moyen-Orient et de l’Afrique au XXe siècle. Il s’intéresse à la diffusion des informations par Internet et réalise des sites liés à des projets de recherche notamment avec l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman), le LAMES (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie).Bibliographie sélective :

  • 2013 L’invention des territoires djiboutiens.
  • 2011 Tracer des frontières à Djibouti : des territoires et des hommes au XXe siècle et au XXIe siècles.
  • 2009 Invention et réalisations de la frontière djibouto-erythréeenne (article)
  • 1996 Amharique pour francophones.

En savoir plus :

Parcours de Simon Imbert-Vier sur le site de l'IMAF

Biographie de la Documentation de Radio France – septembre 2014.