Biographie

Né en 1966, Stanislas Nordey est le fils du réalisateur Jean-Pierre Mocky et de la comédienne et pédagogue Véronique Nordey. Il découvre le théâtre à l’âge de 15 ans, dans un vieux théâtre en bois à Oxford, à l’occasion d’un séjour linguistique puis se passionne pour les langues anciennes en Khâgne, « à la recherche du squelette du texte et de ses architectures secrètes » (Télérama 2011). A 18 ans, avant d’entrer au Conservatoire National d’Art dramatique, il met en scène « La Dispute » de Marivaux, au « off » d’Avignon. Lors de ses études au Conservatoire « un lieu où l’on n’apprend pas à aimer les textes mais à devenir le meilleur comédien du monde » (Le Monde juillet 94), il fait la rencontre du professeur Jean-Pierre Vincent, qui lui fait découvrir les textes contemporains. Attiré par la mise en scène, il découvre l’œuvre de Pasolini, ce « poète civil » qui le conforte dans l’idée que le théâtre est fondamentalement un art qui allie le goût du jeu et le sens de la cité.

A l’image de Pasolini, Alexandre Nordey veut être un metteur en scène « civil » impliqué dans la vie sociale : « je vais toujours vers un théâtre dans lequel je puisse m’engager. Parce que le théâtre est l’un des derniers lieux de parole où l’on se réunit ». Au cours de sa 3ème année de conservatoire, son talent de metteur en scène se confirme et il monte simultanément « Bête de Style » de Pasolini (texte sur l’exclusion d’un poète juif tchèque) et remonte « La Dispute » de Marivaux. Avec un style très collectif, « direct, énergique et âpre », il est reconnu par la critique et le public, et le « jeune chien fou du théâtre français », s’installe en résidence au TGP de Saint-Denis (1991-1995) pour monter des pièces contemporaines (Manfred Karge, Armando Llamas, Hervé Guibert, Jean Genet, Heiner Müller, Nazim Hikmet, Didier- Georges Gabily, Werner Schwab…). Associé à la direction artistique des Amandiers à Nanterre (1995-1997), il est nommé à la tête du théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis en 1998, avec l’ambition de faire du « théâtre civique et alternatif » et resserrer les liens avec le public.

Cette ascension est « coupée net quand on découvrit que ce donneur de leçons de 30 ans avait atteint un dépassement de budget hors de l’acceptable ». Nordey « l’insolent, celui par qui la bousculade arrive », passant de la mise en scène au jeu, du théâtre à l’opéra ou du répertoire classique au théâtre contemporain, a été jusqu’en 2012, artiste associé au Théâtre national de Bretagne (également responsable pédagogique de l’École du TNB à Rennes) et au Théâtre national de la Colline à Paris. Stanislas Nordey est artiste associé du Festival d'Avignon 2013. A l'automne 2013, il met en scène l'opéra de Donizetti "Lucia de Lammermoor" à l'Opéra de Lille ainsi que la pièce de Peter Handke "Par les villages" (présentée au Festival d'Avignon en juillet 2013) puis reprise au Théâtre National de la Colline. En janvier 2014, Stanislas Nordey interprète la pièce de Pascal Rambert "Clotûre de l'amour" aux côtés de Audrey Bonnet (Théâtre du Rond-Point à Paris). En juin 2014, Stanislas Nordey a été nommé directeur du Théâtre national de Strasbourg.

Bibliographie :

  • 2000, Passions civiles : entretiens croisés , Ed. Le passe du vent
  • 2013: Frédéric Vossier: Stanislas Nordey, locataire de la parole , Les Solitaires intempestifs

Mises en scènes et interprétations de Stanislas Nordey :

Biographie de la Documentation de Radio France mise à jour le 02 juillet 2014.

actualités sur Stanislas Nordey