C'est un phénomène astronomique assez rare : la planète Mercure s'interpose entre la Terre et le Soleil, on appelle cela un transit, et ce 11 novembre, il sera observable partout sur Terre. Où et comment le voir ? Réponses en trois points.

Le 11 novembre, Mercure, la plus petite planète du système solaire va passer devant le soleil.
Le 11 novembre, Mercure, la plus petite planète du système solaire va passer devant le soleil. © AFP / Science Photo Library / Mark Garlick

Où peut-on voir Mercure transiter devant le Soleil ?

Le transit de Mercure sera observable partout où le soleil sera levé au moment du phénomène. Il sera visible intégralement dans l'est de l'Amérique du Nord, en Amérique du Sud, au sud du Groenland et à l'extrême ouest de l'Afrique.

  • En Guadeloupe et Martinique, il sera visible de 8 h 34 à 14 h 04.
  • En Guyane, de 9 h 35 à 15 h 03. À Saint Pierre et Miquelon de 9 h 36 à 15 h 04.
  • En métropole, le phénomène débutera à 13 h 35 et ne sera pas visible en totalité puisque le soleil se couchera avant la fin du passage.

La planète Mercure est si petite (2439 km de rayon) qu'on peut la comparer à une bille sur le Soleil. Impossible donc de l'observer sans télescope. 

L'Observatoire de Paris propose deux sites d'observation : à Meudon, sur les terrasses de l'Observatoire,  En partenariat avec la ville et des astronomes amateurs, des télescopes seront installés équipés de filtres de 12 h 30 à 18 h.  

► À Guillestre, dans les Hautes Alpes, la salle communale retransmettra les images captées depuis la coupole de l'observatoire de Saint-Véran, situé à 2 900 m d'altitude. La commune se mobilise et propose aussi une conférence avec des scientifiques de l'Observatoire de Paris lundi et dès dimanche, une exposition et des projections. 

Comment observer le transit de Mercure ?

Attention, il ne faut pas regarder le soleil en face sous peine de se brûler les yeux et de perdre la vue. Les conseils prodigués par les autorités sanitaires sont les mêmes que lors d'une éclipse solaire. La planète est si petite (la plus petite du système solaire) qu'il faut grossir les objets, mais là encore, il faut filtrer la visée. L'idéal est donc d'observer grâce à un télescope et en projetant l'image recueillie. Mieux vaut se rendre dans un site d'observation pour recevoir les conseils des astronomes amateurs ou professionnels. L'avantage de voir le phénomène projeté, c'est qu'il est bien visible et que plusieurs personnes pourront voir cette minuscule tache noire "traverser" le soleil.

► À Juvisy en Île-de-France, en partenariat avec le club Nova Astronomie, observations dans le parc de l’observatoire et à la lunette Camille Flammarion. Au 32 avenue de la Cour de France, 91260 Juvisy-sur-Orge. Accès à l’observatoire limité à 17 personnes toutes les 30 minutes en cas d’affluence.

Quel est l'intérêt scientifique ?

Le transit de Mercure est un phénomène qui ne se produit qu'une dizaine de fois par siècle. Le prochain passage visible par les Terriens aura lieu en 2036. Si aujourd'hui, son observation ne permet pas aux astronomes d'en savoir plus sur la plus petite planète du système solaire, il est intéressant de noter que c'est ce même phénomène qui permet de détecter les exoplanètes. Quand elles passent devant leur étoile, elles l'obscurcissent très légèrement et cette différence de lumière, détectée par les télescopes, attestent de la présence d'une planète en orbite. Si elle a une atmosphère, on peut la voir en ombre chinoise, voire tenter de détecter sa composition. À ce jour, plus de 4 000 exoplanètes ont été détectées.

Quant à Mercure, cet enfer brûlant, elle sera prochainement visitée par une sonde développée conjointement par l'Agence Spatiale Européenne et l'Agence spatiale Japonaise (JAXA). Partie de Guyane en octobre 2018, elle arrivera à destination en 2025 pour quelques mois d'observation. Il reste tout à découvrir car Mercure n'a été survolée que deux fois depuis le début des sondes interplanétaires : en 1974 et 2011.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.